Duceppe vise le «double discours» de Harper

Le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, utilisera les débats des chefs télévisés cette semaine pour attaquer Stephen Harper sur ce qu'il juge être «le double discours des conservateurs».

Devant quelque 200 militants réunis dans son local électoral de Laurier-Sainte-Marie, à Montréal, Gilles Duceppe a soutenu que l'utilisation d'un «double slogan» par Stephen Harper serait «révélateur». «En anglais, c'est "Here for Canada" et en français, "Notre région au pouvoir". Il a un discours pour le Canada et un pour le Québec. Ce n'est pas la première fois qu'il dit quelque chose ici et fait le contraire ensuite.»

Le chef bloquiste a donné l'exemple de l'aide de 10 milliards de dollars accordée à l'industrie automobile en Ontario. «Ici, on a eu des miettes pour la forêt. La réalité, c'est que le vrai slogan des conservateurs, c'est "Here for Canada" et rien d'autre», a-t-il dit, ajoutant que l'aide promise à Terre-Neuve pour le projet du Bas-Churchill s'ajoute à la liste. «Nous sommes le seul parti à défendre la position unanime de l'Assemblée nationale dans ce dossier.»

Les débats des chefs cette semaine seront utilisés pour montrer «quelles sont les vraies valeurs des conservateurs», a dit Gilles Duceppe. «Harper aura le fardeau de la preuve en débat. Il devra rendre des comptes. On va montrer qu'il sert les intérêts du Canada avant tout, et pas ceux du Québec.»

Il a chaudement remercié ses électeurs et militants dans sa circonscription, sachant qu'il n'est pas là très souvent durant une campagne électorale. «Je fais des tournées partout au Québec, mais je suis très présent ici, entre les élections. Les gens sont reconnaissants, c'est pour ça qu'ils m'ont élu sept fois. Je travaille pour eux et je les respecte», a-t-il dit.

Une campagne aseptisée?

En fin de semaine, Gilles Duceppe a dû se défendre de mener une campagne trop prudente et «aseptisée». Son ancien bras droit et ex-député de Roberval-Lac-Saint-Jean jusqu'en 2007, Michel Gauthier, a soutenu dans une émission de radio au Saguenay que M. Duceppe ne brasse pas assez la cage.

«J'ai l'impression qu'il n'est même pas dans les nouvelles, des fois. Alors qu'un chef de parti qui fait une campagne, il faut qu'il soit dans les nouvelles, il faut qu'il crée de l'intérêt [...]. Il fait une campagne aseptisée», a-t-il dit, ajoutant: «Je pense que Gilles va devoir réorienter sa campagne.»

Une accusation rejetée du revers de la main par le chef du Bloc. «Je ne me sens pas aseptisé», a dit M. Duceppe lors de son passage à Saguenay. «Je ne limite pas le nombre de questions des journalistes, je ne mets pas de clôture», a-t-il soutenu en faisant référence à la campagne très contrôlée de Stephen Harper.

***

Avec La Presse canadienne

À voir en vidéo