La polémique sur la prière à Saguenay rattrape la campagne du Bloc

Métabetchouan-Lac-à-la-Croix -- Le maire de Saguenay Jean Tremblay a parfaitement le droit de se battre pour réciter la prière à l’Hôtel de ville, a soutenu Gilles Duceppe, aujourd’hui

La croisade du maire Tremblay en faveur de la prière catholique a rattrapé la caravane électorale du Bloc québécois, de passage cette fin de semaine au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Alors que des candidats conservateurs affichent ouvertement leur sympathie pour la cause du maire de Saguenay, les candidats bloquistes préfèrent la discrétion, refusant d’alimenter la polémique.

Le député sortant de Chicoutimi-Le Fjord, Robert Bouchard, et les candidats Pierre Forest (Jonquière-Alma) et Claude Pilote (Roberval-Lac-Saint-Jean) ont choisi des ne pas étaler leur opinion sur la question, a indiqué le chef du Bloc, Gilles Duceppe, en point de presse à Métabetchouan-Lac-à-la-Croix.

«C’est leur choix, je leur ai demandé ce matin. Il y a un cas devant la cour et la cour jugera. En société démocratique, on doit vivre avec les jugements de cour, c’est comme ça que se passe et nos députés respecteront ce jugement», a dit M. Duceppe, entouré de ses candidats, sur les terres d’une vaste entreprise familiale agricole.

Un dossier épineux

Sous le couvert de l’anonymat cependant, des bloquistes bien en vue dans la région ont confié «marcher sur des œufs» dans ce dossier épineux qui suscite des réactions partagées et émotives au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Même M. Duceppe, un défenseur convaincu de la laïcité et de la séparation de l’Église et de l’État, semblait ce matin vouloir ménager la susceptibilité du maire. Ainsi, loin de critiquer la croisade de M. Tremblay pour la récitation du Notre Père au conseil de ville, le chef du Bloc a défendu son droit inaliénable de faire appel aux tribunaux pour défendre ses vues.

«C’est une question de droit, il a le droit d’utiliser les recours juridiques à sa disposition. Nous ne sommes pas dans une société où certains auraient le droit d’utiliser des recours et d’autres pas. C’est peut-être la volonté de M. Harper dans bien des cas mais ce n’est pas la mienne», a insisté le leader du Bloc.

Le maire de Saguenay conteste une ordonnance du Tribunal des droits de la personne de retirer le crucifix et de mettre fin à la prière dans la salle du conseil.

Parmi les conservateurs qui voient d’un bon oeil la cause du maire Tremblay figure le député sortant de Jonquière-Alma et ministre de l’Agriculture et des Anciens Combattants, Jean-Pierre Blackburn. Le premier magistrat de Saguenay a exercé un «leadership important» dans un débat qui, aux yeux de M. Blackburn, met en relief les valeurs collectives issues de la religion catholique.

Après avoir refusé une première fois de se prononcer sur la question, le candidat bloquiste Claude Pilote a finalement déclaré aux journalistes qu’il partageait la position de son chef sur la laïcité et la nécessaire séparation des affaires de la foi et de la Cité.

Selon lui, cette affaire de prière à l’Hôtel de ville de Saguenay préoccupe fort peu les électeurs de la région. «Il n’y a aucun enjeu sensible de ce coté-là, je fais du porte-à-porte, (je visite ) des usines, des industries et je n’ai eu aucune question sur ce dossier», a-t-il dit.

Agriculture

Les électeurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont certes d’autres chats à fouetter, comme les effets du déclin de l’industrie forestière et le manque de relève agricole. À cet égard, le chef du Bloc a proposé une série de mesures totalisant 100 millions de dollars pour favoriser la relève en agriculture.

M. Duceppe suggère en outre d’accroître la déduction pour gains en capital de façon à encourager le maintien des activités agricoles, d’aplanir les obstacles au transfert et à l’acquisition des fermes et de constituer un régime d’épargne-transfert agricole avec contribution de l’État.

Aussi, le Bloc demande au gouvernement fédéral de transférer au Québec une enveloppe récurrente pour favoriser la relève dans le secteur agricole.
18 commentaires
  • Marie-Claude Langlois - Abonnée 9 avril 2011 13 h 02

    Duceppe déçoit

    Très décevante l'attitude de Duceppe et de ses collègues. Devant un triste personnage, en beaucoup de points semblable à Harper, ils s'écrasent par souci électoraliste. Comment leur faire confiance?

  • Michelle Bergeron - Inscrit 9 avril 2011 13 h 21

    Mon oeil les valeurs collectives!

    Non mais que la politique est sale. Est-ce les régions qui mèneront le Québec c'est bien parti. Tout comme l'amiante ou la combustion de biomasse produit toxique. La classe politique ce doit de défendre l'amonie qui passe par la laïcité.

  • Gabriel Martin - Inscrit 9 avril 2011 15 h 15

    Débat sain

    Personnellement, je ne suis pas d'accord avec cette idée de réciter la prière à l'Hôtel de ville, parce que je pense que ce n'est tout simplement pas la place. Je suis pour la laïcité de l'état.

    Toutefois, je trouve sain que dans une démocratie chacun ait le droit de défendre ses convictions. D'ailleurs, si le maire reçoit de ses concitoyens une demande de réciter la prière, n'est-ce pas tout à fait légitime qu'il tente de les représenter?

    De toute manière, la justice se prononcera. Je crois qu'on peut avoir confiance en notre excellent système de justice, quoi que la démagogie ou les exceptions qui confirment la règle puissent nous en faire dire.

  • Daniel Bérubé - Abonné 9 avril 2011 15 h 25

    Mr. Tremblay n'est pas québécois...

    Effectivement, si Mr. Tremblay aurait réellement été un VRAIS québécois, il aurait dû s'écraser et dire : "Oui maître..."

    Et reconnaissons que nous avons besoins des tribunaux pour nous dire "comment penser"... et ce sera les tribunaux de Harper qui dirons prochainement à nos tribunaux "comment juger"...

    Bravo québec...

  • Gilles Bousquet - Inscrit 9 avril 2011 16 h 26

    M. Bérubé

    Nous n'avons as besoin des tribunaux pour savoir quoi penser mais nous ne pouvons pas faire le contraire de ce qu'ils jugent.