Harper flirte avec la majorité

Le Devoir présente durant toute la campagne une projection précise de la répartition des sièges aux Communes, calculée à partir des sondages effectués dans tout le Canada. L'auteur, Éric Grenier, analyse les résultats tous les jours sur notre site Internet et dans le journal papier du samedi.

Les intentions de vote des Canadiens restent stables, presque inflexibles. Cette campagne sans grandes idées ou fébrilité est reflétée dans les sondages, où il n'y a eu aucun changement dans les sept derniers jours.

Une stabilité dans l'intérêt du Parti conservateur, et peut-être aussi dans leur plan de campagne. La position du parti reste avantageuse, alors qu'il mène avec une forte avance dans la projection des sièges Le Devoir-ThreeHundredEight.com.

Si des élections avaient eu lieu hier, les conservateurs auraient remporté 153 sièges selon nos projections, 2 de plus qu'il y a une semaine et 10 de plus qu'à la dissolution de la Chambre des communes. Avec 38,6 % d'appui, les conservateurs sont seulement à deux sièges d'un gouvernement majoritaire. Ils ont d'ailleurs atteint les 155 sièges nécessaires à une majorité lors d'une brève période dans la projection cette semaine, avant de redescendre.

Les libéraux, avec 27,8 % d'appuis, remporteraient 72 sièges, et le NPD et le Bloc québécois 33 et 50 sièges respectivement.

L'appui aux conservateurs semble collé à un niveau qui accorde au parti environ la moitié des sièges aux Communes. L'élection fédérale de 2011 pourrait se décider sur quelques sièges, voire quelques votes.

Si quelque chose peut changer la situation au Canada, c'est certainement les deux débats des chefs qui auront lieu cette semaine, d'autant plus qu'environ un électeur sur six se dit indécis. Le taux d'indécis est d'ailleurs plus élevé au Québec, une possible indication que l'appui des Québécois au NPD pourrait être éphémère.

Mais il y a un parti que le débat ne va certainement pas aider: le Parti vert. Dans le passé, les sondeurs plaçaient souvent les verts au-delà des 10 %. Un niveau d'appui qu'on ne voit plus.

En Ontario

Même si la moyenne des sondages nationaux ne change pas beaucoup, à l'échelle provinciale la situation est intéressante. En Ontario, les conservateurs sont stables à 42,1 %, mais les libéraux ont fait un gain de 1,3 point cette semaine. Ils sont maintenant à 34,6 % d'appuis, soit plus que pendant les élections de 2008. C'est en Ontario que la vraie bataille électorale de 2011 se joue, et en ce moment, le Parti libéral va dans la bonne direction. Mais l'écart entre les conservateurs et les libéraux, de 7,5 points, reste plus élevé que les 5,4 points de 2008.

Au Québec


Au Québec, pendant que les conservateurs et les libéraux reçoivent toujours autour de 20 % d'appui, le Bloc québécois a perdu 1,2 point. Il est maintenant à 37,5 % dans la moyenne des sondages provinciaux, soit moins que leur performance de 2008.

Les néodémocrates ont bondi au Québec après une bonne performance de leur chef, Jack Layton, à l'émission Tout le monde en parle. Pendant la semaine, le NPD a progressé de 1,5 point, à 16,1 %, ce qui donne au parti des chances de faire une autre percée, probablement dans la région de l'Outaouais.

***

Collaboration spéciale
16 commentaires
  • Fabien Nadeau - Abonné 9 avril 2011 06 h 10

    Non!

    J'espère de tout coeur que l'élection fera mentir les sondages. Je ne me reconnais pas dans les valeurs Harper. je voterai contre lui.

  • Sanzalure - Inscrit 9 avril 2011 07 h 19

    Incroyable

    Mais à quoi pensent-ils les gens qui soutiennent les conservateurs ?

    J'imagine qu'ils se disent qu'une fois élus majoritaires, ils pourront mâter toutes les personnes qui ne pensent pas comme eux, comme ils ont commencé à le faire à Toronto aux Sommets du G8 et du G20.

    C'est pas drôle !

    Serge Grenier

  • Naturelebo - Inscrit 9 avril 2011 08 h 30

    Les débats, vous dites !!!

    dites moi la cote d'écoute et je te dirai sil y aura un changement et son potentiel.

  • Normand Perry - Inscrit 9 avril 2011 09 h 03

    Un triumvirat et ça presse.

    Pompée et Crassus (qui se détestaient) sous le regard manipulateur de Caïus Julius Cesar et pour son intérêt, ont formé ce fameux triumvirat romain pour occuper la charge de proconsul afin de contrer les plans machiavéliques de leurs adversaires et la plus grande "gloire" de Rome.

    Duceppe, Layton et Ignatieff doivent former un triumvirat national afin de barrer la route à Harper dès MAINTENANT. Tout comme le triumvirat romain, nos trois compères doivent faire preuve de réalisme pratique: il devient évident qu'ils ne peuvent remporter l'élection isolément. Ils doivent proposer aux électeurs la seule alternative qui leur soit viable et bénéfique.

    Allez messieurs réveillez-vous avant que nous nous retrouvions dans un cauchemar épouvantable.

    De Soulanges

    Normand Perry

  • Wilfrid55 - Inscrit 9 avril 2011 09 h 59

    Quebec Stagnant

    Comment longtemps va t'on se cacher derriere le Bloc et ses pretension de nous "protege". Je veut un Quebec qui dirige le pays, et non pas un Quebec Stagnant qui niaise avec 2 parti politiques provinciaux. C'esdt inacceptable !