Droits et Démocratie - Harper voulait nommer administratrice une nièce de Bernard Lord

Dieppe, N.-B. — Les conservateurs de Stephen Harper ont voulu nommer une nièce de l'ancien premier ministre du Nouveau-Brunswick, Bernard Lord, administratrice de l'organisme Droits et Démocratie, secoué par une vive controverse au cours des derniers mois.

Dans une lettre datée du 17 février, le ministre des Affaires étrangères, Lawrence Cannon, a sollicité l'appui du chef libéral, Michael Ignatieff, pour nommer Katrine Giroux au conseil d'administration de l'organisme voué à la défense des droits de la personne dans le monde.

Une semaine plus tard, M. Ignatieff a répondu au ministre qu'il ne pouvait pas appuyer sa proposition puisqu'il n'était «pas clair», à ses yeux, que l'expérience professionnelle Mme Giroux la qualifiait pour le poste. Le chef libéral a souligné que plusieurs anciens administrateurs de Droits et Démocratie étaient des experts des questions internationales.

Interrogé hier à Dieppe, au Nouveau-Brunswick, après une conférence de presse de M. Harper, M. Lord a d'abord soutenu qu'il n'était pas au courant de la démarche du ministre Cannon, mais que sa nièce «serait un excellent choix» pour le poste.

Quelques minutes plus tard, l'ancien premier ministre conservateur du Nouveau-Brunswick a toutefois reconnu qu'un membre du conseil d'administration de Droits et Démocratie l'avait contacté l'an dernier pour lui demander s'il avait une candidature à proposer pour le poste. Il avait alors donné le nom de Katrine Giroux, qui est sa nièce par alliance.

Compte tenu de l'opposition des libéraux, les conservateurs ont abandonné l'idée de nommer Mme Giroux au conseil de l'organisme.

Katrine Giroux détient un baccalauréat en droit de l'Université McGill et une maîtrise en droit de l'Université Dalhousie. Elle est avocate au Nouveau-Brunswick.

Il a été impossible de joindre Mme Giroux hier, celle-ci se trouvant à l'extérieur du pays, selon son bureau.

L'actuel président de Droits et Démocratie est Gérard Latulippe, un ancien candidat de l'Alliance canadienne qui possède de l'expérience en affaires internationales.

L'organisme indépendant, établi à Montréal, a été aux prises avec de vives tensions internes au cours des derniers mois. L'opposition a accusé les conservateurs de transformer Droits et Démocratie en une entité farouchement pro-israélienne et dogmatique.