Stockwell Day et Chuck Strahl se retirent de la politique

Le président du Conseil du Trésor, Stockwell Day
Photo: Agence Reuters Chris Wattie Le président du Conseil du Trésor, Stockwell Day

Kelowna — Deux ministres importants du gouvernement conservateur, Stockwell Day (Conseil du Trésor) et Chuck Strahl (Transports), ont annoncé leur retrait de la vie politique, samedi.

Les deux hommes, ainsi que le député de Delta-Richmond-Est, en Colombie-Britannique, John Cummins, ont indiqué qu'ils ne se représenteraient pas aux prochaines élections fédérales.

L'annonce de ces départs ne calmera sûrement pas les conjectures selon lesquelles le premier ministre Stephen Harper pourrait bientôt déclencher des élections générales. Il est inhabituel qu'un ministre annonce son retrait tout en demeurant en place.

Joint par La Presse canadienne, le député libéral de la circonscription de Bourassa, Denis Coderre, a indiqué qu'à l'approche du dépôt du budget fédéral, tout semble indiquer que le pays se dirige vers des élections.

«Est-ce que cela veut dire que M. Harper se prépare à prendre une petite marche de l'autre côté de la rue pour aller vers le gouverneur général [David Johnston] afin de demander le déclenchement d'une élection? Tous les scénarios sont possibles.»

Député d'Okanagan-Coquihalla, en Colombie-Britannique depuis 2000, M. Day a été chef de l'Alliance canadienne avant la fusion entre ce parti et le Parti progressiste-conservateur. Il a également été ministre de la Sécurité publique et ministre du Commerce international. Chuck Strahl a été élu député de la circonscription de Chilliwack-Fraser Canyon pour la première fois en 1997. Il a été à la tête de plusieurs ministères, dont celui de l'Agriculture et celui des Affaires indiennes. John Cummins était député depuis 1993. Aux dernières élections, il a récolté 55,8 % des voix.

Budget et vote de confiance

Le premier ministre Stephen Harper n'a donné aucun signe indiquant qu'il sera enclin à faire des compromis pour éviter des élections printanières, a quant à lui lancé le leader du Nouveau Parti démocratique (NPD), Jack Layton, hier.

M. Layton semblait croire que les chances d'éviter une campagne électorale sont faibles. Son parti s'y prépare. Il a ajouté qu'à son avis, le budget que soumettra le gouvernement Harper ne contiendra rien que le NPD puisse approuver.

Lors de son passage sur un plateau de la chaîne télévisée CTV, M. Layton a indiqué qu'il ne souhaitait pas accorder son soutien au gouvernement fédéral actuel.

Le chef libéral, Michael Ignatieff, de son côté, n'exclut pas la tenue d'un vote de confiance le 21 mars, la veille du dépôt du budget. En visite à Gaspé, hier, il a répété qu'il était tout à fait «concevable» que la question de confiance soit débattue en Chambre, ce qui précipiterait la chute du gouvernement Harper.

Les libéraux refusent toutefois d'être tenus, seuls, responsables d'un éventuel déclenchement d'un scrutin. Michael Ignatieff a d'ailleurs insisté sur le fait que tout ne dépend pas que de lui, mais également des décisions de Gilles Duceppe, de Jack Layton et de Stephen Harper lui-même.

À voir en vidéo