L'opposition à la mission en Afghanistan atteint un sommet

L'opposition à la mission en Afghanistan atteint un sommet au Canada, alors que 63 % des répondants à un sondage Angus Reid affirment être contre l'opération dans ce pays en guerre. Les Canadiens sont maintenant plus sceptiques que les Américains et les Britanniques.

À peine un Canadien sur trois (32 %) appuie maintenant la mission en Afghanistan. Il s'agit d'une chute marquée depuis un an, alors que la firme Angus Reid posait la même question et que l'appui aux opérations atteignait 47 %. Une baisse de 15 points qualifiée de «changement majeur dans l'opinion publique» par Mario Canseco, vice-président d'Angus Reid.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer ce revirement, selon le sondeur. «D'abord, le gouvernement n'a jamais vraiment débattu et expliqué la mission aux Canadiens. Et c'est pire sur le plan des communications depuis un an. Ensuite, les événements au Moyen-Orient montrent des peuples qui renversent des gouvernements corrompus. Or, la plupart des nouvelles qui sortent de l'Afghanistan parlent de corruption, mais on reste dans ce pays», dit-il.

À 63 %, l'opposition atteint un sommet historique. «L'ancien record était de 59 %, en juin 2010», dit M. Canseco. Le Québec (75 %), la Colombie-Britannique (64 %) et l'Ontario (62 %) sont les provinces les plus opposées à la mission, alors que l'appui est plus fort en Alberta et dans les provinces atlantiques.

Angus Reid a posé la même question sur l'Afghanistan aux États-Unis et en Grande-Bretagne, les deux autres pays engagés dans les régions difficiles du sud de l'Afghanistan.

Les Britanniques sont 60 % à s'opposer à la mission de leur pays en Afghanistan, contre 31 % qui appuient les opérations. L'opposition est plus marquée à Londres (63 %) que dans le reste du pays.

Aux États-Unis, l'opinion publique est divisée en deux, alors que 47 % appuient la mission, contre 46 % qui s'y opposent. Il y a un an, l'appui atteignait toutefois 58 %.

Les coups de sonde ont été menés dans les trois pays à partir du panel en ligne d'Angus Reid, entre le 22 et le 28 février. Au Canada, 1022 adultes ont été interrogés, pour une marge d'erreur de 3,1 %, 19 fois sur 20. Aux États-Unis, la même marge d'erreur s'applique, alors que 1005 Américains ont répondu. En Grande-Bretagne, 2019 personnes ont participé, pour une marge d'erreur de 2,2 %.