Le NPD recrute la syndicaliste Nycole Turmel

Ottawa — Le Nouveau Parti démocratique de Jack Layton présentera ce matin une candidate-vedette pour porter ses couleurs aux prochaines élections. La syndicaliste Nycole Turmel sera candidate dans Hull-Aylmer, où elle est très connue, y ayant représenté pendant six ans les intérêts des syndiqués de la fonction publique fédérale.

Mme Turmel a présidé l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) de 2000 à 2006. Elle a été la première femme à occuper ce poste. Pendant son règne, elle a obtenu 3 milliards de dollars à titre de règlement avec le gouvernement fédéral sur la question de l'équité salariale. À l'époque, ce dossier l'a amenée à de nombreuses reprises à l'avant-scène médiatique.

Mme Turmel n'en sera pas à sa première tentative électorale, toutefois. À l'automne 2009, elle a tenté de se faire élire conseillère municipale à Gatineau, mais a mordu la poussière. La circonscription de Hull-Aylmer est sensible aux charmes néodémocrates. À la dernière élection, le parti avait récolté 20 % des voix, arrivant malgré tout troisième derrière le libéral Marcel Proulx (37 %) et le bloquiste (22 %).

Le NPD a récolté 4,4 millions de dollars en 2010, ce qui a fait bomber le torse de Jack Layton. «Nos résultats sont en hausse. On a eu une augmentation d'appuis financiers pour notre parti et on a travaillé fort pour accomplir ce résultat-là. Les autres partis peuvent expliquer pourquoi ils subissent une réduction d'appuis financiers.» Erreur. Le Parti libéral a certes vu ses dons passer de 12,6 millions à 7 millions entre 2009 et 2010, mais le NPD a vu les siens diminuer de 7,4 millions à 4,4 millions.

Avant d'avoir force de loi, S-6 doit encore retourner au Sénat pour approbation finale parce qu'un léger amendement y a été apporté par les élus.
1 commentaire
  • Roland Berger - Inscrit 3 février 2011 17 h 18

    Une autre victime

    Nycole Turmel sera la prochaine victime de l'impossible Canada. Le Bloc, qui défend à raison les intérêts du Québec, l'empêchera de représenter les intérêts du monde ordinaire. Vive la Confédération !
    Roland Berger