Larry Smith devient sénateur

Larry Smith<br />
Photo: La Presse canadienne (photo) Paul Chiasson Larry Smith

L’ancien président des Alouettes de Montréal Larry Smith fait le saut en politique. Le premier ministre Stephen Harper a en effet annoncé sa nomination au Sénat, aujourd’hui, par voie de communiqué.

M. Smith n’a jamais caché son intérêt pour une carrière politique. Il avait d’ailleurs songé à la possibilité de se lancer à la direction du Parti conservateur en 2004.

Il a annoncé il y a un peu plus d’un mois qu’il démissionnerait de son poste de président et chef de la direction des Alouettes à la fin de 2010.

La rumeur de sa venue au Sénat courait depuis quelques semaines déjà, mais le bureau du premier ministre avait refusé de la confirmer.

Stephen Harper a également nommé au Sénat Don Meredith, un révérend ontarien de l’Église pentecôtiste.

Avec ces deux nouveaux venus, les conservateurs de M. Harper augmentent leur majorité à la Chambre haute, détenant maintenant 54 sièges. Les libéraux ont quant à eux 47 sénateurs, tandis que deux sénateurs siègent toujours aux couleurs des progressistes-conservateurs et que deux autres sont indépendants.

Les troupes de Stephen Harper ont longtemps dénoncé la majorité libérale au Sénat, l’accusant de bloquer des projets de loi présentés par le gouvernement minoritaire conservateur, notamment en matière de loi et d’ordre.

Le premier ministre a souligné, au sujet de M. Smith et M. Meredith, que «leurs compétences et leur expérience seront d’une aide précieuse pour l’adoption par notre gouvernement des lois qui assurent le bien-être, la sûreté et la sécurité des Canadiens».

Si le premier ministre avait dépêché son ministre de la Justice, Rob Nicholson, pour annoncer cinq nouveaux sénateurs, dont le Québécois Pierre-Hugues Boisvenu, en janvier dernier, voilà que cette fois-ci il s’est contenté d’un bref communiqué de presse pour faire l’annonce de ses nouveaux choix.

M. Smith n’était pas immédiatement disponible pour commenter sa nomination.
Le nouveau sénateur vient combler le siège laissé vacant par le départ de Jean Lapointe, qui a pris sa retraite début décembre, ayant atteint l’âge de 75 ans.
1 commentaire
  • helene poisson - Inscrite 20 décembre 2010 21 h 32

    Jean Béliveau a refusé de s'enrichir au Sénat

    Tous les sénateurs et toutes les sénatrices méritent notre respect.
    Sauf les mafiosi et les collecteurs de fonds corporatifs
    C'est le Sénat qui n'est pas respectable.
    Tous les Canadiens et les Québécois s'entendent là-dessus.

    Bizarre, aucun groupe d'intérêt ne fait confirmer cela par sondage.
    Quel retraité ne voudrait pas recevoir un pactole imprévu jusqu'à 75 ans.
    (Oublions ces 40,000 Québécois privés du Supplément de Revenu Garanti,
    faute d'informations adéquates)

    Mais, en cette période des Fêtes,
    entre la dinde et les atocas,
    on essaie de nous faire avaler le coût du CHUM
    et pourquoi pas un ou deux sénateurs comme digestifs
    sans parler des taxes municipales, un peu partout.

    Au football, M. Larry Smith a toujours su se faufiler.
    Il continue aujourd'hui ( selon moi)
    Mais il a la classe d'avoir quitté son poste ( et son salaire) dans son club sportif.
    Par respect pour son public.

    Qu'en pense le sénateur Jacques Demers ?
    Ou M. Jean Charest ? Un premier ministre payé, en partie, par un parti dont le financement est que$tionnable par toute personne lucide.

    M. Jean Chrétien a modifié les règles de financement au fédéral avant de quitter le pouvoir. Est-ce que M. Charest ne vient pas de faire la même chose ?

    Bonne retraite M. Smith. Vive les Alouettes.