Ottawa publiera d'autres dossiers secrets sur Tommy Douglas

Ottawa — Le gouvernement fédéral a promis de rendre publics de nouveaux éléments du dossier secret portant sur l'ancien premier ministre néo-démocrate de la Saskatchewan, Tommy Douglas, soit des informations qu'il refuse de divulguer depuis des années.

Cet engagement a été pris à la suite d'une rencontre à huis clos durant laquelle un juge de la Cour fédérale a exprimé son inquiétude par rapport au silence qui entoure ce dossier produit par la Gendarmerie royale du Canada (GRC), au sujet d'un personnage qui a eu un impact historique considérable.

Tommy Douglas a été premier ministre de la Saskatchewan. Premier chef du Nouveau Parti démocratique, il est considéré comme le père du système d'assurance-maladie canadien.

L'avocat du gouvernement fédéral, Gregory Tzemenakis, a indiqué que le gouvernement s'affairerait à étudier le dossier «de bonne foi» afin de publier des informations supplémentaires. Il a ajouté qu'Ottawa «croit» que cette étude mènera à une publication d'informations.

Me Tzemenakis s'est engagé à publier de nouveaux documents d'ici le 31 mars.

Il s'agit là d'une concession majeure de la part du gouvernement, qui a toujours maintenu que la divulgation de ces informations — dont certaines remontent à environ 70 ans — porterait atteinte au service d'espionnage canadien et mettrait en danger la vie de certains informateurs.

En novembre 2005, un journaliste de La Presse canadienne, Jim Bronskill, avait demandé d'obtenir le dossier de la GRC en vertu des dispositions de la Loi sur l'accès à l'information.

Bibliothèque et Archives Canada, qui possède le fichier, avait fini par publier 456 des 1142 pages du dossier.

Ces documents, même s'ils étaient caviardés à outrance, ont révélé que les agents de la GRC avaient filé Tommy Douglas pendant des années en assistant à ses discours, en analysant ses écrits et en épiant des conversations privées. Ses liens avec certains membres du Parti communiste intéressaient tout particulièrement les enquêteurs.
5 commentaires
  • Denis Miron - Inscrit 20 décembre 2010 07 h 58

    Est-ce vraiment du passé?

    Ici au Canada, on considère qu'il est plus dangereux d'avoir des relations avec des communistes qu'avec la mafia.

    «Vito Rizzuto jouait au golf sur les plus beaux terrains, mangeait dans les meilleurs restaurants, côtoyait des avocats, des hommes d'affaires au dessus de tout soupçon, des conseillers municipaux, des députés. Il devint une légende au Québec» (Mafia Inc.. P.13) Le Inc. qui suit le mot Mafia est très important
    Cette article est révélateur, il nous fait voir comment la démocratie est un masque, pour ne pas dire une cagoule.

  • Pierrette L. Ste Marie - Inscrit 20 décembre 2010 10 h 43

    Les racines du pouvoir

    Monsieur Miron , vous avez tellement,tellement raison.
    C'est de cette façon qu'est exercée la démocratie au pays?

  • Jean Peupu - Inscrit 20 décembre 2010 12 h 02

    Ah democratie

    Tout ce que l on peu nous passer sous le principe de la sacro-sainte démocratie même les choses les mensonges les plus gros On a qu'a regarder comment agis tous ces pays sois disant démocrate ici sous le règne de Trudeau il a eu les mesures de guerre ,Bush voulait sa guerre en Irak et combien d autre magouilles du genre a travers la planète .et a chaque jour cette démocratie continue d’être bafouer.et tout ceci pour le pouvoir à tout prix et l argent

  • Marc Lemieux - Inscrit 20 décembre 2010 23 h 05

    Personnage trouble

    Tommy Douglas a effectivement été un personnage assez trouble, dont le sujet de maitrise était l'eugénisme et ses bienfaits, on est très loin de l'image qu'il a voulu donner par la suite et même du communisme, et il devait probablement être un sujet d'intérêt réel pour la GRC.

  • Malartic - Inscrit 27 décembre 2010 11 h 37

    Un once de prevention....

    Au Canada les secrets les mieux gardés sont des faits d'histoire... On parle rarement de ce député fédéral impliqué jusqu'au oreille avec le
    partis communiste ayant son quartier général à Moscou. Je crois que si nos services de sécurité nationale ont des doutes sur une personne, peu importe sont status social, ils ont le devoir de s'assurer que ce n'est rien de fondé. M. Trudeau avait de très bonne relations avec Fidel Castro et les Russes, et conséquemment de mauvaises relations avec notre plus proche voisin. Pourrait-on expliquer pourquoi tant de gens essaient d'émigrer en Amérique du Nord vs la Russie ou Cuba?