Sondage Léger Marketing-Le Devoir - La popularité du NPD est en forte hausse

Tableau - Intentions de vote des Québécois au fédéral<br />
Photo: - Le Devoir Tableau - Intentions de vote des Québécois au fédéral

Le parti de Jack Layton profite de l'incapacité des deux grands partis fédéralistes canadiens, le Parti libéral du Canada et le Parti conservateur, à attirer les électeurs au Québec pour grimper dans les intentions de vote, selon un nouveau sondage Léger Marketing-Le Devoir, réalisé en partenariat avec The Gazette.

La progression du NPD est rapide, alors qu'il obtient 21 % des intentions de vote ce mois-ci dans la province. En août, il recevait 13 %. Un bond de huit points, malgré le débat sur le registre des armes à feu en septembre, où l'hésitation du NPD aurait pu lui nuire au Québec.

«Le NPD a toujours été fort entre les élections, mais là, c'est plus haut que la normale», dit Christian Bourque, vice-président de Léger Marketing. «Il y a une sympathie pour le NPD, avec Layton et Mulcair, mais il y a surtout l'incapacité des libéraux et des conservateurs, les grands partis fédéralistes, à plaire aux gens. Le NPD est un stationnement de fédéralistes insatisfaits au Québec.»

Le NPD se hisse au troisième rang, devant le Parti conservateur (18 %), et presque à égalité avec le Parti libéral du Canada (22 %), qui est deuxième. Le Bloc québécois continue de dominer largement, avec 36 % des intentions de vote. Le Parti vert du Canada, malgré l'arrivée de Georges Laraque, ne décolle pas, avec 3 %.

Chez les francophones, qui déterminent le sort de la vaste majorité des circonscriptions au Québec, l'avance du Bloc est encore plus marquée, avec 43 %. Le NPD est maintenant deuxième (20 %), suivi du PLC (18 %) et du PC (15 %).

Le Bloc et le PC à égalité à Québec

Dans la région de Québec, le Bloc québécois est à égalité avec le Parti conservateur, à 27 %. Le NPD (21 %) et le PLC (20 %) suivent dans l'ordre.

Le fait que le dossier du nouvel amphithéâtre stagne n'aide pas les conservateurs, affirme Christian Bourque. «C'est un dossier très médiatique à Québec, et Harper se fait tirer l'oreille.»

Le taux de satisfaction à l'égard du gouvernement Harper demeure faible à la grandeur du Québec, à 23 %. Une hausse timide de deux points depuis 30 jours. Près de 73 % des répondants se sont dits insatisfaits du gouvernement de Stephen Harper.

Toutes les questions et les résultats sont disponibles sur notre site Internet. Le sondage a été mené en ligne du 8 au 11 novembre, auprès de 1001 personnes représentatives de la population et selon une méthode fiable et éprouvée. Un échantillon probabiliste de la même taille présente une marge d'erreur de 3,1 %, 19 fois sur 20.
4 commentaires
  • Yvon Bureau - Abonné 15 novembre 2010 07 h 21

    Coalition NPD et PLC

    Urgence de coalition. Chef : J Leaton

    Une fois le PCC dans l'opposition pour longtemps, fin de la coalition.

  • oracle - Inscrit 15 novembre 2010 07 h 43

    Combien de députés NPD prévisibles ?

    L'arithmétique étant ce qu'elle est pour la conquête d'un siège, j'aimerais en savoir le nombre que ce sondage attribuerait au NPD au Québec. Juste au cas où un camarade lecteur détiendrait cette information.

    Pierre-Michel Sajous

  • Mariette Payeur - Inscrite 15 novembre 2010 12 h 37

    Normal. Non?

    N'est-ce pas une répétition de ce qui s'est passé en milieu de mandat lors des années antérieures?
    Et la situation médicale de M. Layton a du ajouter quelques points supplémentaires.

  • Michaël Lessard (micles.biz) - Abonné 15 novembre 2010 18 h 10

    N'est-ce pas troublant cette différence entre Francophones et Non-francophones?

    Je n'aime pas, au sein d'une même société, ce type de division politique sur des lignes culturelles (les langues ici indiquent en réalité des cultures). Il faut du pluralisme et de la diversité, mais on voit plutôt ici une tendance chez les Francophones et les Non-francophones à réagir de manière un peu défensive, à mon avis, sur la question de la souveraineté/fédéralisme.

    Seulement 5% des Non-francophones appuient le Bloc, imaginez! Même s'il y avait une marge d'erreur de 10%, ça donnera un maigre 15%. C'est assez extraordinaire et, de mon point de vue, très négatif. Disons, pour être très franc, cela me rappelle pourquoi je préfère le NPD même si je souhaite la souveraineté du Québec (dois-je rappeler le fait que le Bloc ne mène aucunement à la souveraineté?).

    Je ne veux pas brasser ce sujet pour rien, mais il y a là une division culturelle à transcender au Québec. Dans mes valeurs liées à la souveraineté, et à ma vision d'un Québec francophone mais actif avec les autres nations, je suis plus à l'aise avec l'attitude du NPD appuyée par autant les Francophones que les Non-francophones.

    Sans rancune.

    PS: Oui à une coalition, avant les élections, pour écarter les Conservateur.trices du pouvoir. Il ne faut pas confondre avec une fusion PLC/NPD ou Bloc/NPD, mais une coalition implique, entre autres, que des associations locales négocient entre elles pour une candidature unie visant à remplacer certain.es député.es conservateurs; ce parti n'a pas respecté le droit et la justice et nous a menti quelques fois de trop.