Envois partisans - Les députés conservateurs font exploser la caisse

Pas moins de 19 députés conservateurs  ont engagé des frais de 75 000 $ ou plus seulement pour des envois partisans. Quatre ont dépassé les 110 000 $.<br />
Photo: Agence Reuters Pas moins de 19 députés conservateurs  ont engagé des frais de 75 000 $ ou plus seulement pour des envois partisans. Quatre ont dépassé les 110 000 $.

Ottawa — Les députés conservateurs ont puisé à deux mains dans les fonds publics pour financer leur rhétorique partisane. L'an dernier, chaque élu de Stephen Harper a dépensé plus du double de ce que ses principaux adversaires de l'opposition ont décaissé pour envoyer — aux frais des contribuables — des dépliants partisans à leurs commettants, révèle une compilation du Devoir.

La Chambre des communes a rendu publiques hier les allocations de dépenses de chacun des 308 députés du pays. Fait nouveau cette année, le document est plus détaillé et permet d'isoler certaines dépenses qui étaient auparavant noyées dans la somme globale.

Par exemple, les dépenses en «impression» sont maintenant divisées en deux sections qui distinguent les envois collectifs de ce qu'on appelle les «dix pour cent». Les premiers sont limités à quatre par année par député et servent à informer les électeurs des activités parlementaires.

Les «dix pour cent» sont au contraire pratiquement illimités et peuvent servir n'importe quel message: leur nom vient du fait que chaque envoi ne peut être imprimé à plus de 10 % du nombre de domiciles de la circonscription ciblée. Dans les dernières années, ces envois en noir et blanc sont devenus le lieu privilégié d'attaques partisanes féroces.

Or, un relevé établi par Le Devoir permet de constater que les conservateurs ont utilisé ce service du «dix pour cent» à un rythme qu'aucun autre parti n'approche. Ils ont ainsi imposé à la Chambre des communes des frais de 6 millions en 2009-2010, pour une moyenne par député de 44 200 $.

Le NPD se classe deuxième, avec une moyenne de 33 800 $, alors que le Bloc québécois (21 000 $) et le Parti libéral (18 700 $) ferment la marche.

Chez les conservateurs, les excès ont été fréquents. Pas moins de 19 députés ont engagé des frais de 75 000 $ ou plus seulement pour des envois partisans. Quatre ont dépassé les 110 000 $: Patrick Brown, Laurie Hawn, Peter Kent et Guy Lauzon.

Un seul député de l'opposition a franchi la barre des 75 000 $, soit Malcolm Allen, du NPD (75 400 $). Sa collègue Olivia Chow n'est pas loin, à 73 000 $. Chez les libéraux, Sukh Dhaliwal a demandé 74 000 $. Cinq autres députés de l'opposition ont franchi la barre des 50 000 $. Le bloquiste le plus dépensier a été Thierry St-Cyr (48 600 $). L'an dernier, aucun député de la Chambre n'avait excédé 88 000 $.

Explosion

Cette recension permet de constater que les coûts des «dix pour cent» ont explosé depuis l'an dernier. Il y a un an, Le Devoir avait révélé que les conservateurs se classaient déjà bons premiers en matière de frais d'impression et d'envois partisans, avec une facture moyenne de 38 300 $ par député, contre 18 000 $ pour l'opposition.

Mais ces montants comprenaient autant les coûts des «dix pour cent» que ceux des envois collectifs. Les détails divulgués cette année permettent de mesurer l'écart entre 2008-2009 et 2009-2010: l'an dernier, les deux types d'envois avaient coûté 10 millions aux contribuables. Cette année, la facture totale s'établit à 14,8 millions, dont 10,2 millions pour les «dix pour cent».

La question de ces envois partisans a fait couler beaucoup d'encre sur la colline parlementaire dans les derniers mois. Pour contrer des attaques partisanes qui se multipliaient, les députés ont décidé d'annuler la possibilité d'envoyer des dépliants à l'extérieur de leur circonscription, une pratique fort prisée jusqu'ici.

Par exemple, les électeurs de Mont-Royal ont reçu en novembre dernier un dépliant signé par un obscur député conservateur de la région de London affirmant que les libéraux étaient une formation politique antisémite (le député local, le libéral Irwin Cotler, est juif). Ce genre d'incident a poussé le bureau de régie interne de la Chambre à agir et à restreindre l'usage des «dix pour cent». Ceux-ci ne pourront d'ailleurs plus excéder 60 000 pages par année par député.

Les chiffres dévoilés hier indiquent que les dépenses totales des députés se sont élevées à 142,6 millions l'an dernier. Les salaires des employés des députés totalisent 66,8 millions et les déplacements, près de 33 millions. Ces sommes sont appelées à augmenter dans les prochaines années: le projet de loi C-12 propose de faire passer de 308 à 338 le nombre de députés au Parlement.
8 commentaires
  • Rodrigue Tremblay - Inscrit 29 octobre 2010 07 h 49

    C'est vrai

    On est innondé des réalisations conservatrices dans notre comté. Les méchants sont toujours les Bloquistes (rarement les Libéraux)
    C'est à chaque semaine. Si on calcule le seul prix des timbres, c'est plus de 25 piasses par habitation que mon député conservateur flambe chaque année. Ils sont dans le trou de 50 milliards

  • T. Julien - Inscrit 29 octobre 2010 08 h 30

    Vieille nouvelle!!!

    Pas beaucoup de nouveau comme sujet ? Toute la population du pays fut mise au courant de cette pratique y a déjà plusieurs mois et cette pratique a maintenant cessé.

    Faut croire que nos journalistes n'ont pas grand chose d'autre d'intéressant à dire puisqu'ils 'remâchent' de vieilles nouvelles!!!
    OU, peut-être est-ce simplement dû au fait que l'idéologie de droite prend un peu plus d'essor depuis quelques temps et ça leur fait peur ???

    Quoiqu'il en soit, les Conservateurs demeurent toujours les favoris au alors... Faudrait peut-être chercher les puces ailleurs que dans "les vieilles nouvelles" ??!! ...

  • Dominique Châteauvert - Inscrite 29 octobre 2010 10 h 51

    Merci au Devoir de me mettre au courant

    C'est une nouvelle importante qui témoigne de la réalité du parti au pouvoir, manipulateur et obscur.

  • Sylvain Auclair - Abonné 29 octobre 2010 11 h 36

    Les Libéraux ne sont pas non plus blancs comme neige.

    Je me souviens avoir reçu de mon député, qui a été ministre de la Justice, un bulletin parlementaire PENDANT une campagne électorale. J'ai porté plainte, mais comme l'envoi avait été fait le vendredi précédant le déclenchement de la campagne (dont tout le monde était au courant, d'ailleurs), ce n'était pas illégal.

  • Joseph Morin - Inscrit 29 octobre 2010 12 h 21

    Le court règne conservateur achève

    Que ce soit à Québec ou à Ottawa, le règne conservateur achève. Conservateur est un synonyme d'incompétence crasse et de corruption, si nous avions besoin d'un exemple de plus...

    À Québec, ils ne se sont même pas donné la peine de se faire élire sous leur bannière: ils ont simplement investi le Parti libéral en se disant que de toute façon les partisans libéraux votent rouge peu importe le programme qu'on leur présente. Ça a marché!

    Une vraie catastrophe l'avènement de ces Charest et Harper. Avant j'aurais dit: "On ne peut pas tomber plus bas". Mais le Canada est passé tellement rapidement de pays adulé à régime de bananes que maintenant je ne sais plus de quoi sera fait l'avenir.

    Triste triste Canada, en phase de rejoindre les fausses démocraties et les États voyous. Canada qui torture, qui laisse torturer. Canada qui abandonne, qui méprise, qui guerroie, occulte et indigne, à la botte du Fascisme Inc.