Guantánamo: Khadr plaide coupable à des crimes de guerre commis en 2002

Guantánamo, Cuba — Le Canadien Omar Khadr a plaidé coupable à des accusations de crimes de guerre commis en 2002 en Afghanistan alors qu’il était âgé de 15 ans.

Le plaidoyer a été déposé aujourd'hui, en cour martiale américaine, à la Base navale de Guantánamo Bay où le jeune homme maintenant âgé de 24 ans est détenu depuis huit ans. Auparavant, Omar Khadr avait retiré le plaidoyer de non-culpabilité qu’il avait déjà soumis. Ce plaidoyer de culpabilité fait partie d’une entente qui autoriserait Khadr à demander son transfert vers une prison canadienne après avoir passé un an derrière les barreaux aux États-Unis.

Le juge militaire chargé de l’affaire, le colonel Patrick Parrish, a donné son accord à l’entente. Il a également longuement questionné Khadr après son plaidoyer, afin de déterminer s’il comprenait bien les conditions de l’entente, et s’il acceptait de plaider coupable sans y avoir été forcé. «Vous ne devriez faire cela que si vous croyez réellement agir dans votre meilleur intérêt», a dit le juge.

Les détails sur l’entente conclue entre les avocats du natif de Toronto et ceux de la cour martiale américaine ne seront pas rendus publics avant la semaine prochaine, mais des jurés ont pris la route de Cuba pour annoncer la sentence, en accord avec les règles des commissions militaires. La peine ne pourra pas dépasser la durée déterminée par la défense et la poursuite dans le cadre de l’entente, mais pourrait être écourtée.

Les avocats de Khadr avaient indiqué plus tôt qu’ils espéraient réussir à s’entendre avec la poursuite sur la durée de la peine, Khadr risquant la prison à vie. Ils ont également affirmé que le système de tribunaux militaires favorisait la poursuite, malgré des changements apportés sous l’administration Obama. «Il n’y a pas beaucoup de choix, a lancé l’avocat Dennis Edney. Ou bien il plaide coupable pour éviter un procès, ou bien il subit un procès, et celui-ci constitue un procédé inégal.»

Le nouveau plaidoyer d’Omar Khadr signifie entre autres qu’il reconnaît avoir causé la mort d’un soldat américain en Afghanistan en lançant une grenade, en plus d’avoir posé des engins explosifs artisanaux et d’avoir été formé par al-Qaïda au maniement des armes.

Le Canada a réagi de façon laconique, prenant note que Khadr avait plaidé coupable. Catherine Loubier, la porte-parole du ministre des Affaires étrangères, Lawrence Cannon, a indiqué par courriel qu’il s’agissait d’un dossier entre Khadr et le gouvernement américain, et que le Canada ne commenterait pas davantage.

L’affaire Khadr irrite depuis longtemps les détracteurs de Guantánamo, y compris certains partisans du président Obama, qui affirment que Khadr ne devrait pas être poursuivi car il était âgé de 15 ans au moment de la bataille en Afghanistan et qu’il aurait été soumis à des mauvais traitements en prison.

La défense souligne qu’il était un enfant soldat enrôlé de force par son père, un proche d’Oussama ben Laden tué au Pakistan après la capture de son fils. La partie civile ajoute également que le fait de tuer un soldat au combat ne constituait pas un crime de guerre.

«C’est particulièrement frustrant qu’un président qui a promis de redorer le blason des droits humains mette en branle ici le premier procès avec un enfant soldat qui a été maltraité pendant des années dans une prison américaine et a été emmené dans une zone de guerre par son père», a déclaré Jennifer Turner, une avocate de l’Union américaine des libertés civiles (ACLU), qui est à la base de Guantánamo pour observer les procédures.

7 commentaires
  • Jean-Serge Baribeau - Abonné 25 octobre 2010 13 h 46

    La guerre est toujours «sale». Et Harper est un guerrier!

    François Cavanna a déjà dit: «Il n'y a pas cinquante manières de faire la guerre, il n'y en a qu'une: la sale.»

    Harper et les autorités canadiennes ont bien compris cette «vérité». Ils participent à la guerre états-unienne avec une saleté déconcertante et sans le moindre élan humanitaire, «sensible» ou compatissant. Alors, «on» abandonne, sans sourciller, un «enfant-soldat.» De plus en plus être canadien ne veut plus rien dire.

    Que se passerait-il dans un Québec libre, libéré et souverain? C'est un «pensez-y-donc»! Alors, il m'arrive d'y penser. Harper et sa «gagne» me remettent en seile sur la route de la souveraineté.

    Mais Harper et ses sbires m'amènent à penser: «ZUT ALORS! QUELLE INFINIE TRISTESSE (OU DÉTRESSE)!» Il y a de quoi pleurer! Je suis courroucé!


    Jean-Serge Baribeau, sociologue des médias

  • François Dugal - Inscrit 25 octobre 2010 14 h 12

    Le p'tit Omar

    Pas protégé par la convention des enfants soldats.
    Torturé en prison.
    Jugé par un tribunal illégal.
    Il purgera sa peine au Canada?
    Ben, cou donc ...

  • Claude Archambault - Inscrit 25 octobre 2010 15 h 05

    il peu revennir maintenant

    Maintenant il peu revenir, s'étant trouvé coupable il ne pourra pas demander des millions.

    M. Harper a bien fait son travail aussi cela lance un signal aux autres canadiens qui désirerait prendre les armes contre nous ou contre un pays allié. Vous trahissez votre pays, vous perdez votre protection.

  • Augustin Rehel - Inscrit 25 octobre 2010 16 h 29

    A Claude A.

    Je suis tout à fait d'accord avec vous. La majorité des Québécois déplore ce qui lui est arrivé à cause de son père terroristes et émule d'Al Qaeda mais, comme vous le dites si bien, le gouvernement n'avait pas d'autre choix que de montrer aux musulmans canadiens que nous ne sommes pas en guerre contre eux et qu'ils doivent choisir entre leur pays d'adoption et leurs croyances religieuses qui les incitent à rejoindre les rangs des soldats d'Allah .

  • Duchêne Denys Mehdi - Inscrit 25 octobre 2010 18 h 17

    @C. Archambault et A. Réhel

    Vous feriez quoi vous si une bande de fanatique armé jusqu'au dent(les soldats U.S) décide d,attaquer la maison où vous vous trouvez ? Vous les invitez à souper ? Hé ben !!!! Khadr n,a en rien trahi son pays. À 15 ans, je ne suis pas convaincu qu'il a su mesurer tout cela.

    Et il pourra toujours demander une compensation( avec vos impôts) sur le critère du non respect par le gouvernement HarPEUR de la Convention sur les enfants-soldats qu'il a signé. Et vous n,aurez alors que ce gouvernement à blâmer, à moins que.................

    @ A. Rehel

    Khadr n'est pas un Canadien d'adoption. Il est né ici et au plan juridique, vous n'êtes pas plus ni moins citoyen que lui.