Le Canada appuie les négociations avec les talibans

Quelque 200 militaires canadiens aident aujourd’hui à la formation de l’armée afghane. La rumeur veut qu’Ottawa laisse 400 soldats après le retrait canadien en 2011 pour poursuivre la formation.<br />
Photo: Agence Reuters Goran Tomasevic Quelque 200 militaires canadiens aident aujourd’hui à la formation de l’armée afghane. La rumeur veut qu’Ottawa laisse 400 soldats après le retrait canadien en 2011 pour poursuivre la formation.

Les Forces canadiennes appuient les pourparlers de paix en haut lieu qui viennent de commencer à Kaboul entre le président afghan Hamid Karzaï et des dirigeants talibans. Il s'agit des premières négociations sérieuses depuis le début du conflit, en 2001.

«C'est une initiative importante du président Karzaï et on pousse fort pour que ça fonctionne. C'est très positif. La réconciliation est importante», a soutenu hier le brigadier général canadien Dean Milner, commandant de la force opérationnelle interarmées en Afghanistan.

Cette semaine, le New York Times a révélé que des pourparlers entre le président Karzaï et quatre importants chefs talibans se déroulaient à Kaboul. Trois dirigeants talibans proviendraient de la Quetta Shura, la puissante organisation du mollah Omar qui dirige l'insurrection à partir de son sanctuaire au Pakistan. L'autre chef viendrait des rangs du réseau Haqqani, une organisation très influente dans la guérilla.

Les quatre talibans chercheraient entre autres à obtenir un certain pouvoir politique en échange de la fin des combats. Aucun diplomate occidental ne ferait partie des discussions.

L'OTAN a confirmé que ses soldats avaient facilité le début des négociations en assurant le transport par avion de l'un des chefs talibans et en sécurisant le chemin des trois autres jusqu'à Kaboul.

Le brigadier général Milner a soutenu que les Forces canadiennes n'avaient pas participé à l'escorte des dirigeants talibans jusqu'à la capitale, mais que si la demande devait arriver, les militaires canadiens s'exécuteraient. «On n'a pas reçu ce mandat encore, mais on veut aider Karzaï à atteindre la paix, alors si le commandement de l'OTAN nous demande d'agir, on va le faire», a-t-il dit hier lors d'un point de presse à Ottawa, où il était de passage.

L'insurrection des talibans a repris de la vigueur depuis un an, de sorte que le levier de négociations des talibans est meilleur. Toutefois, depuis trois mois, les soldats de l'OTAN ont tué ou capturé 300 dirigeants talibans, ce qui pourrait aussi inciter les insurgés à amorcer les discussions.

Après 2011

Également de passage au Canada, le brigadier général Ahmad Habibi, commandant de la 1re Brigade, 205e Corps de l'Armée nationale afghane (ANA), a soutenu que le Canada devrait continuer à former les soldats de l'ANA après juillet 2011. «On demande au Canada de continuer de nous aider. L'ANA est naissante et nous progressons beaucoup aux côtés de notre partenaire canadien», a-t-il dit.

Pour l'instant, Ottawa s'est engagé à retirer tous ses soldats d'Afghanistan en juillet prochain, y compris les quelque 200 militaires qui forment l'armée afghane. Une rumeur persistante veut toutefois que le Canada jongle avec l'idée de laisser quelque 400 soldats sur place après juillet pour continuer à former l'ANA, qui sera responsable d'assurer la sécurité de l'Afghanistan une fois les militaires occidentaux rentrés chez eux.
4 commentaires
  • oracle - Inscrit 23 octobre 2010 08 h 29

    Il était temps !

    Enfin Mr Harper n'a plus peur d'attenter aux "droits des petites filles à fréquenter l'école", en négociant avec ces diables de Talibans.
    Tout en admettant que cette tâche ne sera pas facile, je dis bravo à notre premier ministre. Il n'est jamais trop tard pour bien faire, même quand on prend le train américain en marche sur les rails de nouvelles perspectives.

    Pierre-Michel Sajous

  • Bernard Cormier - Inscrit 23 octobre 2010 11 h 15

    Oh oui qu'il était temps...

    Après avoir sacrifié 150 jeunes vies Canadiennes et détruit des centaines d'autres physiquement et psychologiquement en faisant la guerre on parle maintenant de négociations!

    Je n'en reviens tout simplement pas.

    suivre le lien suivant pour voir l'histoire d'un soldat Québécois...
    http://www.alternatives.ca/fra/journal-alternative

    suivre ce lien pour visiter mon bogue...
    www.bernardcormier.blogspot.com

  • Le Voyageur - Inscrite 24 octobre 2010 16 h 55

    Après 10 ans de guerre?!

    C'est ce que je pensais : Harper ne s'est lui-même jamais intéressé à la cause des femmes afghanes. Si nos soldats se sont engagés pour cette dernière raison (et c'est une cause noble et honnête), notre PM néo-con est lui-même un taliban, qui négocie avec les talibans.

  • Roland Berger - Inscrit 24 octobre 2010 17 h 04

    L'union des forces contraires

    “If you can't beat them, join them”.
    Roland Berger