Statistique Canada est mis au régime - Cinq sondages seront supprimés

Ottawa — Statistique Canada, déjà ébranlée par la controverse sur le recensement, élimine au moins cinq sondages après avoir reçu l'ordre de réduire ses dépenses de 7 millions.

L'agence gouvernementale planifie d'abandonner deux sondages portant sur l'environnement, un rapport sur la santé ainsi que deux études liées au monde des affaires. Cela s'ajoute aux autres mesures qui seront prises pour répondre aux restrictions budgétaires du gouvernement conservateur.

L'abandon de ces sondages ainsi que des compressions effectuées au nombre d'analyses conduites par l'agence de renommée mondiale ont déjà permis d'enlever plus de 1 million à son budget de fonctionnement. Mais l'essentiel de l'argent que Statistique Canada devra économiser le sera au cours des deux prochaines années.

Les problèmes financiers de l'agence, connus depuis plusieurs années, se sont aggravés la semaine dernière lorsque le président du Conseil du trésor, Stockwell Day, a annoncé une entente avec l'Alliance de la fonction publique du Canada prévoyant des augmentations de salaire globales de 5,3 % pour les trois prochaines années. Cette entente doit toutefois être ratifiée par certaines unités locales de l'Alliance.

Néanmoins, les ministères et les agences gouvernementales — incluant Statistique Canada — ont été prévenus de prévoir déjà dans leur budget existant ces augmentations de salaire, plutôt que de s'attendre à des fonds supplémentaires pour les respecter.

En éliminant les cinq sondages, l'agence souhaite à terme faire des économies de 4 millions alors qu'en diminuant le nombre d'analyses, elle espère épargner 1,5 million. Mais le porte-parole de l'agence, Peter Frayne, a indiqué que si des fonds étaient rendus disponibles, ces études reprendraient.

«En ce moment, aucune source alternative de financement qui pourrait compenser toutes les réductions prévues n'a été confirmée, mais cela demeure une possibilité», a expliqué M. Frayne dans un courriel à La Presse canadienne.

L'agence a fait l'objet d'une controverse cette année lorsque le cabinet conservateur a décidé d'abandonner le formulaire détaillé obligatoire du recensement prévu l'an prochain, en le remplaçant par un sondage volontaire.
4 commentaires
  • lephilosophe - Inscrit 12 octobre 2010 04 h 53

    La hache

    Après avoir supprimer le recensement obligatoire, on continue de s'acharner sur Statistiques Canada, on met la hache dans le budget. Notre ministre créationniste du Conseil du Trésor Stockwell Day déteste la science, encore davantage lors qu'elles sont humaines. Ainsi s'enfonce le Canada de plus en plus dans l'obscurantisme.

    Bernard Gadoua

  • Fernand Trudel - Inscrit 12 octobre 2010 09 h 47

    Statistique Canada fait du recensement et d'autres enquêtes spécifiques

    La mission de Statistiques canada est de dénombrer le nombre de canadiens, leur ethnie globalement et par province et même par région. Le reste est du n'est pas du recencement et ne doit pas être traité dans le cadre de ce recensement de la population aux 4 ans.

    Statistique Canada est chargé de la collecte d’un large éventail de données auprès des entreprises et des ménages canadiens. Ces données sont recueillies dans le cadre de DIVERSES ENQUÊTES, dont le Recensement de la population, le Recensement de l’agriculture, des enquêtes mensuelles régulières et des enquêtes ponctuelles.

    Se braquer dans une position où tout doit passer par le recencement de la population à tous les quatre ans est mal connaître l'organisme. Mais certains s'offusquent pour des raisons partisanes parfois...

  • Guylaine St-Pierre - Inscrit 12 octobre 2010 10 h 00

    guylaine

    Des choses à cacher encore je supppose ?

  • Chryst - Inscrit 14 novembre 2010 23 h 26

    Grave erreur du gouvernement Harper

    Toute amélioration de connaissances scientifiques sur la nation canadienne se trouve rejeté. En outre la base de données peut utiliser les données satellitaires de localisation et être applicable à de nombreux secteurs, les affaires y compris.

    Michel Thibault ing. f. m. sc.