En bref - Le PQ balaie l'idée de Fortier

Pauline Marois a balayé du revers de la main la proposition de l'ancien ministre conservateur Michael Fortier de tenir un référendum sur la souveraineté du Québec tous les 15 ans.

La chef péquiste ne voit pas la nécessité de prendre un temps d'arrêt dans le débat sur l'avenir du Québec, faisant remarquer, sourire en coin, que selon la proposition de M. Fortier, Jean Charest devrait organiser un référendum sur la souveraineté cette année puisque la dernière consultation publique sur le sujet remonte à 15 ans. Les militants du Comité national des jeunes du Parti québécois, qui étaient réunis ce week-end à Victoriaville, ont aussi rejeté sa proposition tout en exhortant le PQ à ne pas écarter l'organisation de référendums sectoriels.

***

Avec la Presse canadienne
2 commentaires
  • Kaomax - Inscrit 4 octobre 2010 21 h 17

    @ Mme Marois - Une technique qui devrait être intéressante

    Puisque certaines de nos grandes agglomérations comportent un nombre grandissant de "nouveaux immigrants" (moins de 15 ans de citoyenneté) et que ces derniers n'ont que peu ou aucune idée du pourquoi de la séparation, je verrais davantage un référendum "région par région" et fonctionner au pourcentages de 51% des régions qui disent "OUI".

    Aucune banlieue québécoise ne comportent autant d'immigrants que Montréal et cette dernière est la plus grande agglomération du Québec. En accordant un seul point à chaque région, le processus pourrait aider à faire valoir les intentions des régions éloignées.

    Dans les intentions il y aurait bien sur Montréal qui dirait "non" en considération avec le pourcentage élevé de "nouveaux immigrants" et d'anglophones. L'autre région c'est Gatineau qui voit un grand pourcentage de ses résidents travailler comme "fonctionnaires" au gouvernement fédéral.

    Ainsi c'est deux régions ne remporteraient que 2 points, sur le total des régions du Québec.

    Ça permettait au 25000 personnes d'une région, au 5400 d'une autre, même au 3000 d'une xième région à donner leurs points de vue et d'être traité d'alter égo dans l'avenir du Québec.

    Puisque concrètement, chacune de ses régions deviendraient des "provinces" ou "états" dans un Québec souverain. Elles devraient donc avoir le même poids politique que les "provinces canadiennes" ont présentement, sur les différents enjeux de société.

  • Kaomax - Inscrit 4 octobre 2010 21 h 40

    @ Mme Marois

    Puisque certaines de nos grandes agglomérations comportent un nombre grandissant de "nouveaux immigrants" (moins de 15 ans de citoyenneté) et que ces derniers n'ont que peu ou aucune idée du pourquoi de la séparation, je verrais davantage un référendum "région par région" et fonctionner au pourcentages de 51% des régions qui disent "OUI".

    Aucune banlieue québécoise ne comportent autant d'immigrants que Montréal et cette dernière est la plus grande agglomération du Québec. En accordant un seul point à chaque région, le processus pourrait aider à faire valoir les intentions des régions éloignées.

    Dans les intentions il y aurait bien sur Montréal qui dirait "non" en considération avec le pourcentage élevé de "nouveaux immigrants" et d'anglophones. L'autre région c'est Gatineau qui voit un grand pourcentage de ses résidents travailler comme "fonctionnaires" au gouvernement fédéral.

    Ainsi c'est deux régions ne remporteraient que 2 points, sur le total des régions du Québec.

    Ça permettait au 25000 personnes d'une région, au 5400 d'une autre, même au 3000 d'une xième région à donner leurs points de vue et d'être traité d'alter égo dans l'avenir du Québec.

    Puisque concrètement, chacune de ses régions deviendraient des "provinces" ou "états" dans un Québec souverain. Elles devraient donc avoir le même poids politique que les "provinces canadiennes" ont présentement, sur les différents enjeux de société.