Michaëlle Jean fait ses adieux

Michaëlle Jean a rencontré députés et sénateurs dans le Hall d’honneur du parlement.<br />
Photo: Agence Reuters Chris Wattie Michaëlle Jean a rencontré députés et sénateurs dans le Hall d’honneur du parlement.

Ottawa — À quelques jours de la fin de son mandat, la gouverneure générale est venue faire ses adieux aux parlementaires, hier.

Devant députés et sénateurs, qui étaient réunis dans le Hall d'honneur du parlement, Michaëlle Jean a reconnu que son règne au poste de représentante de la reine au Canada avait été mouvementé. En cinq ans, elle aura lu cinq discours du Trône, a-t-elle rappelé, à la blague.

«Le moins que l'on puisse dire, chers amis, c'est que la vie parlementaire de ce pays a été plutôt mouvementée ces cinq dernières années», a-t-elle affirmé. «Certains y verront sans doute un indice de la santé démocratique de notre pays... et très certainement de la mienne», a poursuivi Michaëlle Jean, qui a grandi en Haïti «dans une dictature sans merci», a-t-elle commenté.

Plus tard dans la journée hier, lors d'une entrevue d'adieu avec la Presse canadienne, et près de deux ans après les faits, la gouverneure générale Michaëlle Jean a brisé son silence concernant le jour où elle a sauvé le gouvernement Harper.

Elle a déclaré qu'elle n'avait jamais pensé maintenir le pays dans l'attente lorsqu'elle a fait patienter le premier ministre pendant deux heures avant de répondre favorablement à sa demande de prorogation.

Toutefois, Mme Jean a indiqué qu'elle avait le devoir de prendre la bonne décision et a pris son temps avant de rendre son avis final.

«J'avais le mandat de prendre une décision. Je ne pouvais la prendre en quelques minutes seulement, a-t-elle expliqué. Ma préoccupation principale était de prendre la meilleure décision, celle qui était dans l'intérêt du pays, alors j'ai dû analyser et prévoir tout ce que ma décision impliquait.» Aussi, a-t-elle ajouté, «l'idée, c'était de lancer un message et que les gens comprennent, de fait, que ça mérite réflexion».