Pas de panneaux, pas de remboursements

En outre, le fédéral promet de payer les panneaux et une cérémonie officielle de lancement en présence de politiciens, mais s'abstient de payer les intérêts sur les sommes empruntées dans le cadre du programme.

En cause figure le programme Infrastructure de loisirs du Canada, doté d'une somme de 500 millions de dollars, qui ne constitue qu'une petite partie du budget de 2009.

«Notre principale source de préoccupation tient aux coûts de détention», a affirmé Derek Henderson, ancien président du club de curling High Park, à Toronto, qui peine à achever des travaux de rénovation de 1,3 million de dollars.

«Ils nous ont dit que l'argent arriverait rapidement. Il y a des coûts supplémentaires en jeu. Nous avons dépensé près d'un demi-million de dollars cet été et nous devons en payer les intérêts pendant un certain temps, d'ici à ce qu'ils remboursent», a-t-il ajouté.

Le projet du club de curling a obtenu le feu vert du gouvernement en juillet 2009, et les travaux ont débuté sans tarder. Cependant, le club n'a reçu son premier chèque qu'en janvier 2010 et il attend le remboursement de dépenses demandé en mars.

Le bureau de Gary Goodyear, ministre d'État responsable de l'Agence fédérale de développement économique pour le sud de l'Ontario (FedDev Ontario), n'a pas répondu aux questions au sujet des coûts d'intérêt pour les destinataires de fonds, mais il s'est porté à la défense du programme.

«Tous les coûts qui sont couverts pour les projets subventionnés par le programme Infrastructure de loisirs du Canada sont basés sur des ententes signées par toutes les parties impliquées», a indiqué un porte-parole de FedDev Ontario dans un courriel.

«FedDev Ontario travaille de près avec le gouvernement de l'Ontario pour s'assurer que les demandes soient étudiées aussi rapidement que possible. En même temps, nous devons nous assurer que les demandes soumises soient admissibles et complètes, et que les dollars des contribuables soient utilisés de la bonne façon», a-t-il ajouté.

Le député Paul Dewar, du Nouveau Parti démocratique, affirme être au courant de plusieurs cas similaires à celui du club de curling High Park, et il accuse le gouvernement du premier ministre Stephen Harper d'être plus intéressé par la «propagande» que par la réalisation des projets.