Sondage pancanadien - Oui au retour des Nordiques... mais sans fonds publics

Les Canadiens appuient le retour d'une équipe de hockey professionnel à Québec et à Winnipeg. Mais ils s'opposent à ce que le gouvernement fédéral investisse de l'argent public pour y arriver, selon un sondage Angus Reid.

Il s'agit du premier coup de sonde pancanadien depuis que le débat sur la construction d'un amphithéâtre multifonctionnel à Québec fait rage. Dans le reste du Canada, ce projet et le retour des Nordiques ont été présentés ensemble dans les médias. Le maire Régis Labeaume affirme toutefois que l'amphithéâtre n'est pas uniquement lié au retour des Nordiques, même si les politiciens de la région de Québec parlent des deux projets simultanément.

Ainsi, 62 % des Canadiens souhaitent le retour à Winnipeg d'une franchise de la Ligue nationale de hockey, alors qu'ils sont 57 % à vouloir la même chose à Québec. Dans le cas de la capitale québécoise, 22 % des Canadiens jugent que c'est une mauvaise idée et 21 % ne savent pas ou ont refusé de répondre.

«Est-ce que vous êtes d'accord avec l'idée d'un investissement de fonds publics de la part du gouvernement fédéral pour faciliter le retour au Canada d'une équipe de la LNH?» À cette question, 57 % des répondants ont dit ne pas être d'accord avec l'injection de fonds publics, alors que 35 % se disent d'accord. Près de 8 % ont refusé de répondre ou ont dit ne pas savoir. L'opposition dépasse 51 % dans toutes les provinces. Fait à noter, la question a été posée au sens large, sans parler spécifiquement de la construction d'un aréna.

Le sondage a été fait en ligne auprès de 1009 répondants. Même si une marge d'erreur ne s'applique pas à un sondage Internet — par ailleurs très fiable —, la firme Angus Reid précise qu'un échantillon probabiliste de même taille présenterait une marge d'erreur de 3,1 %, 19 fois sur 20.
1 commentaire
  • Roland Berger - Inscrit 24 septembre 2010 16 h 53

    Ça va mal

    Ça va mal, très mal. Les Canadiens ne veulent plus que les gouvernements utilisent leurs taxes pour leur permettre de s'amuser. De la graine de révolution ?
    Roland Berger