232 détenus transférés aux Afghans, révèle Ottawa

Ottawa — Les Forces canadiennes ont transféré 232 détenus afghans aux mains des autorités locales entre 2005 et 2007, révèlent des chiffres qu'Ottawa a décidé de dévoiler hier soir après avoir plaidé pendant quatre ans qu'ils compromettraient la sécurité des troupes et du pays.

C'est par un communiqué de presse diffusé à 17h33 — soit quelques minutes avant le vote sur le registre des armes à feu qui monopolisait l'attention des médias — qu'Ottawa a répondu hier aux demandes incessantes des partis d'opposition d'indiquer combien de détenus arrêtés par les Forces canadiennes ont été transférés aux autorités afghanes dans les dernières années. Une porte-parole du ministère de la Défense a indiqué au Devoir que c'est un «problème technique» qui a empêché une divulgation plus hâtive de ces informations.

Au contraire de ses alliés en Afghanistan, le Canada n'avait plus publié de tels chiffres depuis l'arrivée au pouvoir des conservateurs en 2006, période qui correspond essentiellement au début de la mission de combat des forces armées.

Le communiqué de presse diffusé hier soir précise qu'un «examen militaire récent a permis aux Forces canadiennes [FC] de conclure que les statistiques rétrospectives relatives au nombre d'individus détenus par les FC en Afghanistan ne constituaient plus une menace immédiate pour les opérations». On précise que ces statistiques «n'indiquent pas de modèle précis utilisable par l'ennemi contre des opérations à venir». Cet examen a été commandé par le chef d'état-major et s'inscrit dans une démarche normale de révision des procédures, indique-t-on.

Tout le dossier du transfert des détenus afghans et des allégations de torture — qui a provoqué une crise parlementaire le printemps dernier à Ottawa — tourne autour du sort des Afghans arrêtés sous le premier protocole de transfert des détenus, signé en décembre 2005 et remplacé en mai 2007.

Selon le diplomate Richard Colvin, le premier protocole ne permettait aucunement de suivre la trace des détenus transférés et de garantir qu'ils n'avaient pas été maltraités après leur transfert. Le gouvernement a reconnu que ce protocole avait des failles, mais il affirme que le nouveau protocole de 2007 a réglé la situation.

Selon les chiffres dévoilés hier, le Canada a donc transféré 7 détenus en 2005, 129 en 2006, 96 en 2007 et 18 en 2008, dernière année recensée. Cela veut dire qu'un maximum de 232 détenus ont pu être transférés sous le premier protocole. Cela confirme les calculs publiés par Le Devoir du 21 novembre 2009, où l'on indiquait — en se basant sur des indications fournies par le témoignage de Richard Colvin devant un comité parlementaire — qu'entre 220 et 250 détenus avaient été transférés en 2006 et 2007.

Le document apprend également que depuis la mise en place du nouveau protocole de transfert, en mai 2007, les autorités canadiennes ont effectué «plus de 260 visites dans des installations de détention».