Rentrée parlementaire à Ottawa - La civilité sera-t-elle enfin au rendez-vous?

Ottawa — Quand la Chambre des communes reprendra ses travaux ce matin après le long congé estival, tous retiendront leur souffle pour voir si celle que les élus invitent chaque session daignera enfin accepter leur invitation: la civilité.

Le premier ministre conservateur et le chef de l'opposition libéral ont remanié leur équipe, et chacun s'est doté d'un nouveau leader en Chambre. La pugnacité et l'arrogance du ministre John Baird n'ont rien à envier à la causticité et au sens de la repartie de son homologue, David McGuinty. Les deux hommes, issus de l'Ontario et ayant des racines profondes sur la scène politique provinciale, sont capables de s'agacer sérieusement.

Les deux chefs, de même que ceux du Bloc québécois et du NPD, ont pourtant fait le voeu que l'atmosphère au Parlement s'améliore. L'initiative du député et ex-ministre conservateur Michael Chong, visant à rendre plus efficace et respectueuse la période de questions quotidienne au Parlement, sera aussi étudiée. Enfin, tant M. Harper que MM. Ignatieff et Layton ont dit qu'ils ne souhaitaient pas d'élection. Les esprits devraient donc en théorie se calmer.

Mais les déchirements parlementaires reprendront immédiatement. Un premier vote d'importance et à fort potentiel de division, celui sur l'avenir du registre des armes à feu, aura lieu dès mercredi. Déjà, jeudi, John Baird imputait à «l'élite de Toronto» une défaite possible de son gouvernement sur ce front. Le vote portera sur un rapport du comité recommandant que le projet de loi C-391, démantelant le registre, soit abandonné. Les deux camps sont à égalité avec 152 voix chacun.

En cas de vote nul, le président de la Chambre, le libéral Peter Milliken, serait appelé à se prononcer. C'est d'ailleurs ce qui s'était produit en mai 2005 quand Stephen Harper avait tenté de renverser le gouvernement de Paul Martin. Peter Milliken avait voté pour maintenir en place le gouvernement après que le vote s'était terminé par une égalité de... 152 voix contre 152!

Autre source potentielle de conflit: l'achat de 65 avions militaires F-35. Les partis d'opposition critiquent le fait que cet achat ait été annoncé en été, sans appel d'offres ni garantie de réinvestissement au Canada de l'équivalent de la valeur du contrat.

La criminalité restera à l'avant-plan de l'ordre du jour, plusieurs projets de loi étant encore à l'étude. Mais d'autres, promis par les conservateurs, ne l'ont toujours pas été, comme celui devant empêcher les prisonniers de toucher leur chèque de pension de vieillesse. Le tueur en série Clifford Olson le leur a d'ailleurs rappelé la semaine dernière, s'amusant à faire parvenir au Parti conservateur son chèque pour «financer la prochaine campagne électorale».

Le gouvernement veut toutefois parler d'économie dans un contexte où la reprise n'est pas au rendez-vous. Pas question, toutefois, de relancer un autre coûteux programme de stimulation économique, a mis en garde M. Baird. «La réponse est non. On ne peut pas être plus clair que cela. On ne peut pas rétablir l'équilibre budgétaire et continuer à dépenser des milliards de dollars.»

Le gouvernement promet d'annoncer trois mesures à saveur économique cet automne afin d'aider l'économie. Le gouvernement conservateur se lancera aussi dans une vaste tournée du pays pour prendre le pouls des citoyens. Les compressions budgétaires sont au programme, mais le gouvernement ne s'est pas précipité jusqu'à présent pour les publiciser.

À voir en vidéo