Énoncé de politique étrangère - Ottawa dévoile au monde ses ambitions pour l'Arctique

«On veut envoyer un message clair aux autres pays: nous allons être un joueur important dans l’Arctique. Ceci est un guide de nos actions», a dit le ministre Lawrence Cannon.
Photo: Agence Reuters Blair Gable «On veut envoyer un message clair aux autres pays: nous allons être un joueur important dans l’Arctique. Ceci est un guide de nos actions», a dit le ministre Lawrence Cannon.

Le gouvernement Harper veut montrer qu'il est un joueur sérieux dans l'Arctique et, pour ce faire, il a envoyé hier un message à ses voisins polaires en dévoilant son Énoncé de politique étrangère du Canada dans l'Arctique.

Le document de 29 pages reprend les grands axes de la politique du gouvernement dévoilée il y a plus d'un an: la souveraineté canadienne, la protection de l'environnement, la bonne gouvernance et la croissance économique et sociale. Cette fois, Ottawa met de la chair autour de l'os et explique aux autres pays comment il entend agir dans les prochaines années.

«On veut envoyer un message clair aux autres pays: nous allons être un joueur important dans l'Arctique. Ceci est un guide de nos actions, a dit le ministre des Affaires étrangères, Lawrence Cannon, en conférence de presse. L'intérêt porté à l'Arctique n'a jamais été aussi grand, ce qui a des conséquences cruciales pour le Canada.»

Régler les différends territoriaux


Parmi les nouveautés, on apprend que le Canada entend maintenant être plus actif sur le front diplomatique pour régler ses différends avec les États-Unis et le Danemark dans la région. Depuis des décennies, personne n'a véritablement tenté de régler les conflits. Des pourparlers seront donc entrepris avec Washington en ce qui concerne la mer de Beaufort et le statut juridique du passage du Nord-Ouest. Même chose avec Copenhague concernant l'île Hans et la mer Lincoln.

Ottawa veut aussi que le Conseil de l'Arctique joue un plus grand rôle pour coordonner les actions dans la région, notamment en matière de recherche et de sauvetage. Le Canada souhaite que ce forum devienne la voie diplomatique dans l'Arctique.

En matière d'environnement, le gouvernement affirme que les changements climatiques sont une menace, mais il s'en tient à son plan actuel de réduction des gaz à effet de serre, dont l'efficacité est mise en doute. Ottawa entend toutefois créer trois nouveaux parcs nationaux (70 000 km2) dans la région dans les prochaines années.

Dans l'Énoncé, on affirme également que les ressources naturelles de cette région sont importantes pour la croissance économique du pays. Ottawa entend accompagner les entreprises et les communautés locales.

Le Nouveau Parti démocratique a bien accueilli la nouvelle, y voyant une baisse du ton guerrier affiché par le gouvernement Harper concernant l'Arctique. «Les conservateurs apprennent la notion de coopération sur le tard, mais mieux vaut tard que jamais», a dit le député Paul Dewar.

Par ailleurs, le premier ministre Stephen Harper se rendra dans le Nord la semaine prochaine. Il s'agira d'un cinquième voyage estival dans cette région depuis son accession au pouvoir. Il visitera Churchill, Cambridge Bay, Resolute Bay, Inuvik et Tuktoyaktuk, ainsi que Whitehorse.

***

Avec la collaboration de Guillaume Bourgault-Côté

***

Lire aussi:

À voir en vidéo