Migration clandestine - Harper veut des règles plus strictes

«C’est un exercice fondamental de notre souveraineté. Nous sommes responsables de la sécurité de nos frontières.» – Stephen Harper<br />
Photo: «C’est un exercice fondamental de notre souveraineté. Nous sommes responsables de la sécurité de nos frontières.» – Stephen Harper

Mississauga, Ontario — Le premier ministre Stephen Harper a affirmé hier que le gouvernement n'hésiterait pas à rendre plus strictes les lois canadiennes sur la migration clandestine, mais après une semaine de discours en ce sens, le gouvernement n'a toujours pas expliqué la nature de ces changements.

Le ministre canadien de la Sécurité publique, Vic Toews, a répété depuis la semaine dernière que le Canada allait faire le nécessaire pour rendre ses lois plus rigides et empêcher les passeurs et les terroristes d'abuser du système d'obtention du statut de réfugié.

«Au bout du compte, c'est nous qui sommes responsables comme gouvernement», a affirmé le premier ministre, lors d'une conférence de presse à Mississauga, en Ontario.

«C'est un exercice fondamental de notre souveraineté. Nous sommes responsables de la sécurité de nos frontières et de l'acceptation ou non des individus qui désirent les traverser.»

En réponse à une question sur l'arrivée au Canada vendredi dernier d'un bateau de migrants en provenance du Sri Lanka, M. Harper a affirmé que le Canada était une terre d'asile, mais que l'arrivée clandestine de centaines de personnes au pays faisait émerger d'«importants problèmes de sécurité».

«Je crois que les Canadiens s'inquiètent du fait que de pleins bateaux de gens puissent ainsi débarquer au pays sans passer par les procédures officielles.»

Le ministre Toews a suggéré que le Canada allait travailler de près avec ses alliés pour empêcher de tels navires de mettre le cap sur les côtes du pays. L'Australie a aussi dû faire face à des problématiques de migrants arrivant par bateaux.

Le Canada a ratifié une déclaration des Nations unies l'obligeant à traiter la demande d'obtention du statut de réfugié d'un individu sur son sol.

Le porte-parole et député libéral Marc Garneau a appelé, hier, le gouvernement Harper à montrer plus de compassion pour les migrants en «baissant le ton» de leur rhétorique politique.

Premières audiences

Par ailleurs, la première vague d'audiences relatives à la détention a eu lieu hier, à Vancouver.

Parmi les premiers potentiels réfugiés à être entendus se trouvait une jeune femme vêtue d'un chandail vert foncé et d'un pantalon en molleton gris. Elle portait des sandales et était assise près de son avocat, et s'est retournée une fois pour observer la dizaine de journalistes assis derrière elle.

Elle a été emmenée dans la salle d'audience avec des menottes qui lui ont été retirées avant le début des procédures.

La jeune femme serait venue au Canada avec sa mère, son père et son frère. Elle aurait de la famille à Toronto. Elle a remis aux autorités ce qu'elle a décrit comme un acte de naissance et une carte d'identité nationale officielle.

Un avocat de l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), Ron Yamauchi, a indiqué que ces documents étaient toujours en cours d'analyse. La jeune femme a dû retourner en détention, mais son propre avocat a affirmé qu'il avait espoir que son identité pourrait être rapidement confirmée.

«[La demandeuse] a des proches à Toronto qui peuvent lui servir de caution... et sa famille restera en contact avec l'ASFC.»

Journalistes autorisés

Par ailleurs, les journalistes ont reçu hier l'autorisation d'assister aux audiences relatives à la détention des potentiels réfugiés, mais le Congrès tamoul canadien et d'autres groupes de pression n'ont pas eu cette chance.

Ces audiences servent à déterminer si les autorités peuvent garder les migrants en détention jusqu'à ce que leur identité soit confirmée.
8 commentaires
  • Richard Gendron - Inscrit 18 août 2010 08 h 38

    Des règles plus strictes ?

    Harper et sa clique ne savent plus quoi dire et quoi faire pour avoir l'air intéressants. Tout-à-coup, nous voici face à la menace d'une invasion tamoule! Je pense plutôt qu'on a affaire à des politiciens sans scrupules qui tentent de créer de l'insécurité ou un sentiment d'injustice pour ensuite essayer de présenter au public l'image rassurante du ministre qui prend les choses en main. Faut divertir les gens sinon ils pourraient se mettre à s'inquiéter de la pollution associée aux sables bitumineux en Alberta, par exemple. Si Harper tient à adopter des règles plus strictes, peut-être devrait-il voir à en mettre en place dans le domaine du contrôle de la pollution des sables bitumineux !!!!!

  • Marie Mance Vallée - Inscrite 18 août 2010 09 h 17

    Des citoyens canadiens honnêtes !!!

    Si le Canada désire des citoyens canadiens « honnêtes », il devra être plus sévère en ce qui concerne les réfugiés qui contournent les règles.

  • Gilbert Talbot - Inscrit 18 août 2010 09 h 36

    ET les réfugiés du Pakistan, qu'en fera-t-on ?

    Harper voit bien que de catacly smes, en guerres, en famines, le nombres de réfugiés politiques, économiques et écologiques augmentent dans le monde. Que dira-t-il aux réfugiés pakistanais qui viennent de subir la pire catastrophe naturelle de l'histoire récente ? Ce sont des terroristes ? Ils cachent des Talibans ?C'est ce genre d'argumentaire mensonger qui pointe de plus en plus. En fait ce que Harper veut, c'est rétrécir l'accès au Canada par des réfugiés de plus en plus nombreux sur notre belle terre.

  • livo vinson - Inscrit 18 août 2010 10 h 17

    Une famille paye $180000.00 pour etre resident du Canada!

    Votre artivcle:
    La jeune femme serait venue au Canada avec sa mère, son père et son frère.

    4 peronnes $45000,00 chaqun Le prix pour les personnes riches de rester!!!!
    Non. ce n'est pas rasopnable, ou acceptable.

  • Pierre Rousseau - Abonné 18 août 2010 10 h 36

    Gouvernement de façade!

    La même situation s'est produite en octobre dernier lorsqu'un bateau est arrivé sur la côte ouest de la même manière que la fin de semaine dernière et les Conservateurs étaient alors au pouvoir et ils le sont encore aujourd'hui... Or le PM et son gouvernement, qui pensent qu'il y a un problème, n'ont strictement rien fait pour améliorer les lois en la matière, même si le Parlement a siégé depuis octobre dernier. C'est un gouvernement hypocrite de façade qui parle beaucoup mais ne fait pas grand chose, sauf pour tenter de diviser la société civile, comme par exemple dans l'affaire du recensement.

    L'autre exemple très évident c'est son attitude envers les anciens combattants, comme le rapporte un autre article du Devoir. Encore là, ils se sont servi des anciens combattants et des soldats dans leur propagande mais ils font de l'obstruction systématique quand vient le temps d'aider ces combattants qui reviennent de mission et qui ont été blessé - ils les préfèrent morts, car ça coûterait moins cher... Mais ils n'hésitent pas à dépenser des milliards pour des bébelles comme des avions de combat alors que le Canada est en train de se retirer d'Afghanistan et qu'on espère bien qu'il n'y aura pas de missions de combat dans l'avenir...

    Quand les Canadiens vont-ils voir le vrai visage de cette bande d'abrutis?