Formulaire long du recensement - Claude Béchard veut que Stephen Harper revienne sur sa décision

Le premier ministre n’est pas suffisamment présent dans le débat entourant le recensement, selon le chef du NPD, Jack Layton.<br />
Photo: Agence Reuters Chris Wattie Le premier ministre n’est pas suffisamment présent dans le débat entourant le recensement, selon le chef du NPD, Jack Layton.

Québec s'insère dans le débat sur le retrait du formulaire long obligatoire au recensement. Le ministre responsable des Affaires intergouvernementales canadiennes, Claude Béchard, souhaite que le gouvernement conservateur revienne sur sa décision.

En entrevue à RDI hier après-midi, Claude Béchard a indiqué qu'il présentera ses arguments à son homologue fédéral, la ministre Josée Verner, au cours les prochains jours. «Il n'y a rien qui empêche le gouvernement fédéral d'apporter des correctifs à la marge, sur des questions qu'ils peuvent peut-être trouver plus embarrassantes ou moins utiles, estime le ministre. Mais je pense qu'on ne peut pas revenir sur la nécessité et l'importance d'avoir un formulaire long [...] qui donne un portrait de la société canadienne et de la société québécoise qui est beaucoup plus juste.»

Il ne comprend pas le geste du gouvernement fédéral. «[...] Personne ne demandait à ce qu'on revoie cette formule-là.» Le gouvernement Harper devrait plutôt travailler pour que le formulaire long donne des données encore plus claires, a-t-il ajouté.

En matinée hier, le chef du NPD, Jack Layton, remettait en doute le leadership du premier ministre Stephen Harper lors d'une conférence de presse à Ottawa. Le premier ministre n'est pas suffisamment présent dans le débat entourant le recensement, selon le chef du NPD. Il est «manquant» dans ce «fiasco». «Au lieu de démontrer le leadership que les Canadiens méritent, il ne fait rien pendant que les services sur lesquels on compte tous sont menacés. C'est le temps pour Harper d'arrêter de se cacher derrière Clement et Bernier et de prendre les choses en main.» Il a invité le premier ministre à s'asseoir avec lui pour trouver un compromis.

Jack Layton, comme les autres partis de l'opposition, milite pour que le gouvernement conservateur maintienne le caractère obligatoire du formulaire long et pour qu'une certaine forme d'amende demeure pour les retardataires. Tous les partis sont au moins d'accord sur le fait que la menace d'une peine de prison est exagérée, mais l'opposition estime qu'une certaine forme de sanction est nécessaire pour s'assurer que les Canadiens remplissent le formulaire détaillé.

L'entourage de M. Harper s'est contenté de réitérer les raisons de sa décision, par courriel, en répétant que le gouvernement «estime qu'il est inapproprié de forcer les Canadiens à dévoiler des informations privées et personnelles».

L'Association du barreau canadien s'est ajoutée au nombre des groupes qui souhaitent le retour du formulaire obligatoire détaillé. «Les données du recensement sont utilisées de façon considérable dans les cas de demande d'indemnisation pour une blessure», dit le président, Me Kevin Carroll, dans une lettre au ministre de l'Industrie, Tony Clement.

Quand il est difficile d'estimer le salaire d'une personne pour les prochaines dizaines d'années, comme lorsque le blessé est un enfant ou un jeune adulte ayant encore peu d'expérience de travail, les données du formulaire long sont utilisées pour établir le montant de l'indemnité.


***

Avec La Presse canadienne
6 commentaires
  • Guy-Michel Lanthier - Inscrit 30 juillet 2010 08 h 08

    Ne jetez pas le bébé avec l'eau du bain!

    Voilà une autre burlesque situation. À croire qu’il n’y a pas assez de problèmes dans notre société. Faute de problème, faut bien en créer! C’est ce que d’autres appellent, créer son emploi.

    Plus ridicule, la position du gouvernement malgré toutes les interventions de la société civile. Entre autres, celles des statisticiens. Faut pas être fort en math pour croire que l’on comprend mieux les choses que les experts du domaine.

    Mais bon, il y a le dogme sur lequel le gouvernement aime s’asseoir confortablement: les citoyens n’ont pas à révéler leur vie privée. Conséquemment, on préfère mettre au rancart le questionnaire au lieu de retirer les questions qui posent problème. Aussi bien jeter le bébé avec l’eau du bain!

    On peut bien entendu féliciter Monsieur Béchard qui vient mettre l’épaule à la roue des objections. On l’en remercie, mais il serait peut-être préférable qu’il regarde dans sa cour. Les citoyens du Québec attendent toujours une commission d’enquête sur le milieu de la construction.

    De Québec à Ottawa, les gouvernements semblent aimer faire à leur tête. J’ai l’impression qu’ils n’ont pas encore compris le sens du mot démocratie. Peut-être leur manque-t-il quelques notions de base? Pour les aider dans le futur, je leur ai concocté une étude de cas :

    http://g-m-l.blogspot.com/2010/07/etude-de-cas-2.h

    Guy-Michel Lanthier, ing.
    Conférencier et consultant en leadership

  • Roland Berger - Inscrit 30 juillet 2010 08 h 22

    Fais mieux

    Claude Bchard à Stephen Harper : « Moi, je ne reviens jamais sur une décision. Je t'en supplie, ne m'imite pas.
    Roland Berger
    St. Thomas, Ontario

  • Fernand Trudel - Inscrit 30 juillet 2010 08 h 59

    Béchard le démocrate

    Claude Béchard qui donne un contrat de 2 milliards à Bombardier sans soumission n'a pas de leçon de démocratie à donner à qui que se soit. Je l'ai entendu défendre le statut quo, lui le supposé libéral et démocrate.

    Le seul changement à Statistiques Canada n'est pas de retirer le questionnaire long mais d'enlever la contrainte menacante qui ne respecte pas la charte des droits et libertés. Au lieu dl'obliger les gens, on leur laisse le choix de l'emplir et on élargi le nombre de récipiendaires de 20% à 30%. Il demeure que la mission de Statistiques Canada est très bien desservie par le questionnaire court. Le reste ne sert qu'aux lobbys organisés.

    Dans un pays ouvert comme le Canada où l'on tolère les us et coutumes que nous imposent les immigrants, contraindre des citoyens sous la menace d'une amende ou d'emprisonnement n'est pas très démocratique, ni équitable.

    Pour les défenseurs du statut quo, ils serait adéquat de se porter volontaires pour le remplir et ainsi créer une liste permanente des volontaires contents de s'astreindre à répondre toutes sortes d'étranges question comme :

    question 17- Quelles étaient les origines ethniques ou culturelles des
    ancêtres de cette personne?

    question 22- Quelle est la religion de cette personne?

    question 38- Cette personne aurait-elle pu commencer à travailler pendant
    la semaine du dimanche 1er mai au samedi 7 mai 2011 si un emploi avait été disponible?

    Cette dernière question est en double avec celle de l'Assurance-Emploi et Statistiques Canada n'est pas enquêteur pour cet organisme fédéral.

    Je répète si des volontaires qui veulent répondre à ces questions qu'ils donnent leurs coordonnées à Statistiques Cabnada pour recevoir le questionnaire long sans aucune contrainte. Je suis sûr qu'ils se feront un devoir de le répondre religieusement. Quant à moi si je le recois, je vais le remplir mais je ne garanti pas la qualité des réponses.

    J'ai hâte de voir si Claude Béch

  • François Dugal - Inscrit 30 juillet 2010 09 h 08

    Realpolitik

    Le ministre Béchard a beau tempêter, le premier ministre Harper NE REVIENDRA PAS sur sa décision, point à la ligne. C'est comme ça, l'autorité.

  • Konstantin Kozlov - Inscrit 30 juillet 2010 13 h 16

    Il doit se taire

    Le fédéral ne doit pas s’introduire aux affaires provinciales. S’il le fait tout le monde criera. Mais si le provincial s’introduise dans les affaires fédérales on dit que c’est la démocratie.
    Je pence que dans cette affaire Béchard peut exprimer son opinion comme un simple citoyen, mais comme une personne officielle de la province du Québec il doit se taire.