Carnets de guerre - Rick Hillier remet en doute un document publié par Wikileaks

L'ancien chef d'état-major de l'armée canadienne Rick Hillier s'est attaqué hier au rapport sur les «tirs amis» diffusé par Wikileaks. Il a mis en doute la justesse des informations d'un document coulé suggérant que quatre soldats canadiens, tombés au combat le 3 septembre 2006 en Afghanistan, avaient été tués par des «tirs amis» et non aux mains de l'ennemi taliban.

Selon un rapport d'incident rédigé par l'armée américaine et rendu public par Wikileaks, les quatre Canadiens avaient plutôt été tués lorsqu'une bombe a été larguée par un avion de chasse de l'OTAN sur le bâtiment dans lequel ils se trouvaient. Sept autres soldats avaient été blessés, ainsi qu'un interprète.

«Nous savions très bien ce qui s'était passé. Nous sommes certains, fondés sur un nombre énorme de soldats, marins, pilotes de l'air, que nous avions dans cette bataille, ce qui s'est passé cette journée-là. [...] La vie de ces quatre soldats a été emportée à la suite d'une action de l'ennemi, non à la suite d'un tir ami», a affirmé Rick Hillier, hier. «Quelqu'un a rédigé un document, manifestement, et s'est trompé», a-t-il ajouté.

Les Forces canadiennes assurent ne pas avoir caché la vérité à propos du décès des soldats canadiens lors de l'opération Medusa et maintenaient toujours, hier, qu'ils ont été tués par des talibans.

Le Pentagone se refuse pour sa part à tout commentaire sur les dizaines de milliers de fichiers sur lequel Wikileaks a levé le voile.

L'ancien dirigeant des Forces canadiennes a également souligné, en marge du départ d'une traversée du Canada à moto au profit d'oeuvres de bienfaisance à St. John's, que la diffusion de ces «documents erronés [...] ne rend pas la situation plus facile pour les familles» des soldats qui ont perdu la vie.

4 commentaires
  • Sanzalure - Inscrit 28 juillet 2010 08 h 09

    Si on savait tout ce qu'on ne sait pas...

    Si on compare avec ce que l'armée divulgue, qui n'est JAMAIS toute la vérité, WikiLeaks est une bonne affaire. Nous voulons tout savoir. Il peut y avoir des erreurs dans certains des documents de WikiLeaks, mais la plupart des autres nous disent ce que les autorités aimeraient mieux nous cacher. Qui sont-ils ces gens élus au gouvernements ou nommés dans l'armée qui pensent savoir mieux que nous ce que nous sommes capables de savoir ? N'ont-ils pas dans le passé fait assez d'erreurs graves pour miner à jamais leur crédibilité ? Moi j'ai plus confiance dans la parole des citoyens que dans celle des politiciens, des militaires ou des commerçants.

    Serge Grenier

  • MichelG - Inscrit 28 juillet 2010 11 h 18

    MENTEUR professionnel

    Hillier à une pente à remonter pour réintégrer la secte des mernteurs au service des marchands de canons . Il a osé parler et il regette

  • Augustin Rehel - Inscrit 28 juillet 2010 14 h 15

    LA VÉRITÉ

    La vérité est bien plus du côté des soldats qui dénoncent quee des généraux déconnectés de la réalité. Hillier a sanss doute reçu des ordres stricts de maintenir la version originale. Le gouvernement Harper n'est est pas à son premier mensonge.

  • T. Julien - Inscrit 29 juillet 2010 07 h 18

    Les gérants d'estrade

    Comment des gérants d'estrade d'ici, peuvent-ils "analiser" un ou des documents alors qu'ils ne "connaissent RIEN" aux conditions réelles, ce qui se passe vraiment "au front" dans une guerre ???

    Leur parole est-elle vraiment plus "JUSTE" que celle d'un professionnel tel Hillier ? Permettez-moi d'en douter. Pour ce qui est de "tirs amis", je n'ai aucun doute que celà arrive quelque fois - ce sont des accidents qui surviennent lors de certains types d'engagements RIEN DE VOLONTAIRE MESSIEURS.