Revue de presse - Le désordre n'émeut pas la presse internationale

Les trois voitures de police incendiées et les quelque 500 arrestations de samedi, à Toronto, n’ont pas beaucoup retenu l’attention des grands quotidiens à travers le monde, qui se sont surtout attardés aux enjeux de fond du G20.
Photo: François Pesant - Le Devoir Les trois voitures de police incendiées et les quelque 500 arrestations de samedi, à Toronto, n’ont pas beaucoup retenu l’attention des grands quotidiens à travers le monde, qui se sont surtout attardés aux enjeux de fond du G20.

Toronto — Trois voitures de police incendiées et au moins 500 arrestations à Toronto n'ont pas ému la presse internationale plus qu'il ne le faut. Les médias du monde ont fait mention hier des escarmouches de samedi, mais sans s'y attarder beaucoup.

Vers midi, les sites Internet des deux grands quotidiens américains, The New York Times et The Washington Post, ne faisaient pas référence aux événements musclés de la veille. Les articles consacrés au G20 s'attardaient plutôt aux enjeux économiques de la rencontre. La version imprimée du Times comprenait en page A 8 une photo de la manifestation, mais sans violence apparente.

Dans le Wall Street Journal, on mentionne certes que les protestataires ont fait flamber des voitures, mais la très grande partie de la couverture est consacrée aux débats de fond.

CNN proposait par contre un tour d'horizon des incidents, en mentionnant que la violence était circonscrite à certains manifestants. ABC titrait: «Des vandales gâchent les protestations au G20», et le USA Today publiait deux articles, le plus important étant toutefois sur le contenu.

En France, la page d'accueil du Monde.fr ne mentionnait pas les événements hors sommet. Le Figaro a pour sa part publié une galerie photo nommée «Une manifestation anti-G20 dégénère». Libération a opté pour un entre-deux: un texte sur le contenu du sommet, un autre pour raconter les dérapages.

Le quotidien The Guardian, à Londres, a accordé une bonne importance aux manifestations: texte maison évoquant des «centaines d'arrestations après une émeute», galerie photo et vidéo. Le Daily Mail a aussi mis en ligne plusieurs photos, mais pas seulement des violences.

En Argentine, le grand quotidien Clarin parle du contenu économique du G20, mais pas des manifestations. Les trois quarts de l'espace d'accueil sont occupés par Diego Maradona et la marche de l'équipe argentine en Coupe du monde. Le journal espagnol El País est lui aussi demeuré silencieux sur des événements qui, au Canada, ont été perçus bien différemment.

À voir en vidéo