En bref - Sus à la luzerne Monsanto

Le Canada doit prendre acte de la décision de la Cour suprême des États-Unis et interdire lui aussi la commercialisation de la luzerne Round Up de Monsanto d'ici la fin des études d'impacts environnementaux de cette plante OGM, estime Greenpeace Québec.

Selon son coordonnateur, Éric Darier, Monsanto a abusé la population et les médias en laissant entendre que la Cour suprême des États-Unis avait débouté les agriculteurs qui réclament l'interdiction de la luzerne OGM de peur qu'elle ne contamine leurs semences naturelles. Contrairement à ce que plusieurs médias ont rapporté, la Cour suprême a plutôt refusé la demande de Monsanto qui voulait faire lever l'interdit de commercialisation sur sa luzerne résistante au Round Up, l'herbicide-vedette de la multinationale. La Cour suprême a statué que la vente de cette luzerne OGM demeurerait interdite jusqu'à ce que le ministère fédéral de l'Agriculture des États-Unis ait déterminé s'il y a risque de contamination des semences biologiques par le nouvel OGM. Pour Éric Darier, «il s'agit d'une défaite majeure pour Monsanto et d'une grande victoire pour le gros bon sens, l'environnement, les agriculteurs et les consommateurs. En reconnaissant le risque d'une possible et coûteuse contamination génétique, la Cour suprême vient d'ouvrir une brèche pour des poursuites subséquentes contre l'industrie des OGM dans d'autres cas de contamination.»