Maher Arar ne pourra poursuivre les autorités américaines

Maher Arar a été débouté par la Cour suprême des États-Unis.
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir Maher Arar a été débouté par la Cour suprême des États-Unis.

Washington — La Cour suprême des États-Unis a rejeté hier la demande du Canadien Maher Arar, qui souhaitait poursuivre les autorités américaines.

L'ancien ingénieur en informatique avait été capturé en 2002 par les Américains dans le cadre d'un plan secret qui consistait à expulser les présumés terroristes vers d'autres pays.

M. Arar souhaitait notamment poursuivre John Ashcroft, l'ancien ministre de la Justice des États-Unis sous George W. Bush.

Le plus haut tribunal des États-Unis n'a pas justifié sa décision.

Cela «élimine le dernier espoir que j'entretenais à l'égard du système judiciaire des États-Unis», a dit M. Arar dans une allocution. «Quand il s'agit de sécurité nationale, le système judiciaire a volontairement abandonné son rôle, celui de garantir que personne n'est au-dessus de la loi», a-t-il poursuivi.

M. Arar, d'origine syrienne, avait été arrêté par les autorités américaines en 2002, alors qu'il était en transit à l'aéroport international John F. Kennedy de New York. Il devait prendre un vol pour rentrer au Canada. Les agents d'immigration américains ont établi que Maher Arar pouvait légalement être envoyé au Canada, en Suisse ou en Syrie. Il a finalement été renvoyé dans son pays d'origine à bord d'un jet privé, où il dit avoir été torturé pendant un an, ce que la Syrie dément.

Après cette année passée au cachot, il a été libéré sans qu'aucune accusation soit portée contre lui. Il est rentré au Canada.

«Les tribunaux ont malheureusement refusé de réparer le tort monumental causé à Maher Arar, mais jamais ils n'ont remis en question qu'un tel tort avait été causé», a déclaré David Cole, un avocat du Centre américain pour les droits constitutionnels.

«Nous sommes extrêmement déçus que les tribunaux se soient dérobés à leurs responsabilités», a-t-il ajouté.

Maher Arar avait subi des revers identiques devant des tribunaux inférieurs, notamment en novembre dernier.

En principe, cette décision de la Cour suprême des États-Unis met un terme au dossier dans ce pays.
4 commentaires
  • Rodrigue Tremblay - Inscrit 15 juin 2010 07 h 16

    Est-ce qu'il va nous rembourser?

    Comme ce sont les Américains qui l'ont renvoyé dans son pays et que les Américains estiment qu'ils avaient raison de le faire, est-ce qu'Arar va nous redonner notre 10 millions?

  • Jacques Lafond - Inscrit 15 juin 2010 10 h 51

    Arar $$$

    C'est bien évident que les américains refusent d'entendre cette cause. Les américains ne sont pas une bande d'imbéciles, eux, pour donner quelques $11 millions à Arar.

    Il faut être québécois ou canadien pour s'embarquer là dedans, et être d'accord avec une telle folie.

    Quand il été annoncé que Arar allait être compensé de $11 millions, j'étais en voiture avec un riche client et ami du Maroc. Il était à Montréal pour quelques jours par affaire. En attendant la nouvelle, mon client et ami s'est mis à rire et à tousser si fort, que j'en étais inquiet qu'il en fasse une crise cardiaque. Ils sont fous ces québécois qu'il dirait. Complètement fous ces québécois ...

    En effet mon ami que je disais un peu tristement ...

    Je me demande si Monsieur Arar a au moins payé de l'impôt sur l'immense cadeau qu'il a reçu de nos tribunaux. A t'il au moins payé de l'impôt sur cette fortune qui lui est tombé du ciel ? Je ne pense que non. Alors, c'est la cerise sur le sunday mes amis québécois vertueux ...

    lafond.overtime@gmail.com

  • Francois - Inscrit 15 juin 2010 11 h 28

    Un geste indécent

    Je pense que le gouvernement Canadien voulait en finir avec cette histoire et à renoncé à ses propres responsabilités de faire reconnaître que l'erreur venait des Etat-Unis. Pourquoi? Simplement le Canada est trop trouillard et assujetti devant l'administration américaine pour les accusé. Le Canada à payer 10 millions et reconnu un type expulsé en Syrie par les État-Unis, et accuse son pays d'accueil le Canada de le rendre responsables des traitements de torture que la Syrie lui a infligé après avoir été soupçonné de complot terroriste. J'espère qu'après ces révélations américaines le gouvernement va chercher à récupérer cette somme d'argent colossal. C'est indécent de perdre 10 millions après que les États-Unis eux reconnu leur erreur. C'est rendu que les immigrants reconnaissent eux mêmes l'absurdité dans laquelle le gouvernement canadien fait preuve. Et tout le monde s'invite à poursuivre le gouvernement au moindre choque étranger.

  • Walkyre - Inscrite 15 juin 2010 19 h 20

    Dommage...

    C'est dommage pour M. Arar.

    Malheureusement le temps n'est pas encore arrivé, que les Américains vont avouer quoi que ce soit. N'oublions pas, que la moitié de ce peuple est constituée d'amputés de cerveau (la plupart n'a même pas de cervelle). Et le jour que M. Obama quittera ses fonctions, ils retomberont certainement dans une noirceur absolue ....(Sarah Palin, Tea Party .....aso).

    Pour ceux, qui crient au meurtre ici : les informations concernant M. Arar, venaient de quel endroit ????