Comités parlementaires - Paradis va témoigner

Ottawa — Le ministre Christian Paradis ira témoigner à la place de son employé en comité parlementaire même s'il maintient qu'il n'a rien à dire sur les deux affaires à l'étude.

Mardi, le gouvernement Harper a voulu imposer de nouvelles règles selon lesquelles le personnel politique des ministres n'ira plus témoigner devant les comités, comme est pourtant obligé de le faire tout citoyen convoqué, à moins qu'il ne soit un élu.

La règle annoncée a déclenché une nouvelle bataille de procédures.

En attendant que la question soit tranchée, le ministre Paradis a indiqué hier qu'il ira, à la place de son employé Sébastien Togneri, expliquer pourquoi celui-ci a bloqué une demande d'accès à l'information.

Du même souffle, le ministre Paradis a toutefois maintenu qu'il ne savait rien de cette affaire. «Ce n'est pas ma responsabilité», a-t-il dit en entrevue à la Presse canadienne, reprenant ainsi les mêmes arguments qu'il avait avancés dans une entrevue semblable en février dernier.

Il dit qu'il répondra «au meilleur de [ses] connaissances» aux députés qui siègent au Comité de l'accès à l'information et de l'éthique.

La nouvelle règle annoncée par le gouvernement oblige également le ministre Paradis à se présenter au Comité des opérations gouvernementales, dont il refusait l'invitation il y a moins de trois semaines. Ce comité-là étudie les déboires de Rahim Jaffer.

À voir en vidéo