L'appui populaire au rapatriement d'Omar Khadr est en baisse au pays

Selon un sondage pancanadien, 36 % des répondants préfèrent qu’Omar Khadr, emprisonné en 2002, soit rapatrié ici et qu’il soit jugé dans le système canadien. En février, 40 % souhaitaient son retour au Canada.
Photo: Agence France-Presse (photo) Janet Hamlin Selon un sondage pancanadien, 36 % des répondants préfèrent qu’Omar Khadr, emprisonné en 2002, soit rapatrié ici et qu’il soit jugé dans le système canadien. En février, 40 % souhaitaient son retour au Canada.

À quelques semaines du procès d'Omar Khadr devant une commission militaire à Guantánamo, l'appui populaire à son rapatriement diminue au Canada. Pourtant, un grand nombre de Canadiens pensent qu'il ne sera pas jugé de manière juste et équitable devant cette commission américaine.

Selon un sondage pancanadien mené par la firme Angus Reid, 46 % des répondants préfèrent que le jeune homme, emprisonné en 2002, subisse un procès militaire à Guantánamo, alors que 36 % aimeraient mieux qu'il soit rapatrié ici et qu'il soit jugé dans le système canadien. Près de 19 % ne savent pas. En février, 40 % souhaitaient son retour au Canada.

C'est au Québec que la population est la plus divisée sur le sort d'Omar Khadr, puisque 39 % souhaitent qu'il subisse son procès à Guantánamo, alors que 40 % préfèrent son retour au Canada. Ailleurs au pays, les Canadiens souhaitent davantage qu'Omar Khadr reste à Guantánamo. C'est l'opinion favorite en Alberta (56 %), en Colombie-Britannique (50 %) et en Ontario (48 %), d'où le jeune homme est originaire.

Il est le dernier ressortissant occidental encore emprisonné à Guantánamo, puisque le gouvernement Harper refuse de demander son rapatriement. Son procès militaire doit commencer le 10 août, alors que les audiences préalables au procès, notamment pour évaluer son état mental, doivent débuter le 12 juillet. Les avocats de la défense tentent de faire exclure toutes les déclarations faites par Khadr aux enquêteurs américains, puisque ces déclarations auraient été obtenues sous la torture.

Une commission militaire injuste?

D'ailleurs, la commission militaire qui jugera Omar Khadr est mal perçue par 42 % des répondants, qui estiment que ce procès ne sera pas «juste et équitable». Encore là, il s'agit d'une baisse, puisqu'en février, 47 % des répondants pensaient que le procès ne serait pas juste. Actuellement, 39 % pensent que le procès va offrir un processus impartial à Khadr.

Au Québec, 47 % estiment que le procès ne sera pas équitable, alors que 36 % pensent qu'il le sera. C'est la plus forte proportion de sceptiques au pays.

Omar Khadr a été emprisonné en 2002, alors qu'il avait 15 ans. Il est accusé devant une cour militaire d'avoir tué un soldat américain en Afghanistan à l'aide d'une grenade. Blessé par balle dans l'affrontement, Omar Khadr a été le seul survivant d'une attaque au cours de laquelle plusieurs insurgés ont été tués.

Khadr affirme qu'il n'a jamais lancé cette grenade. Le jeune Khadr a été amené au Pakistan et en Afghanistan par son père, Ahmad Khadr, un proche de Ben Laden.

Le sondage a été mené par Internet les 7 et 8 mai derniers auprès de 1005 Canadiens. La marge d'erreur est de 3,1 %, 19 fois sur 20. La marge d'erreur augmente lorsqu'on utilise les données par province.
3 commentaires
  • grenouille - Inscrite 16 mai 2010 18 h 55

    L'appui populaire au rapatriement d'Omar Khadr est en baisse au pays

    Je ne cesse d'être ahurie par le traitement de ce qui était jadis un jeune homme, et maintenant par l'indifférence démontrée par les média canadiennes et américaines. Et je croyais que le Canada au moins, était un pays civilisé, surtout le Québec! Mais j'avais tort!

    Je suis présentement isolée aux Etats-Unis, faute d'une situation personnelle, et suis obligée de lire cette horrible nouvelle d'une longue distance (à l'extrême ouest du pays), mais j'avais toujours cru que le Québec serait plus raisonnable...

  • Raymonde Chouinard - Inscrite 17 mai 2010 09 h 35

    Les mauvaises herbes....

    Le Canada est un pays civilisé lorsqu'il traite avec des gens civilisés et non avec des terroristes et/ou d'un adolescent issu d'une famille de terroriste.

    Aucune compassion pour ce genre d'individu.....Le Canada n'est pas une poubelle!

  • Jean-Pierre Lusignan - Abonné 20 mai 2010 06 h 45

    Fatigue et désintérêt pour la politique en général

    Il m'est douloureux de revenir sur le cas Khader et cette douleur explique probablement la baisse de l'intérêt des québécois pour cet enfant-soldat abandonné: nous nous sentons impuissants et avons honte du Canada. Comment peut-on longtemps vivre avec de si mauvaises émotions?

    Que faire d'autre quand rien ne se passe comme l'on voudrait ? Voter: le temps n'est pas encore venu. Prendre bonne note de la propagande gouvernementale, c'est déjà fait depuis longtemps.

    Je n'ai jamais laissé la propagrande gouvernementale me faire avaler qu'on puisse légalement tasser les conventions internationales en se servant d'un seul mot, terroriste. Ces conventions manifestent que l'être humain doit toujours être traité comme tel, c'est-à-dire humainement.

    J'ai toujours identifié M. Khader à un enfant soldat faisant la guerre dans son pays: il s'opposait à des envahisseurs. Il était soldat et devait comme tel bénéficier de la convention de Genève. Il était enfant-soldat et devait comme enfant être traité. Le Canada l'a laissé se faire torturer par les américains: encore une autre convention internationale de violée!

    Pourquoi le Canada l'abandonne-t-il à ses geoliers ? Pour qu'il demeure à jamais un dossier ou un visage inconnu, donc un objet à propos duquel la propagande gouvernementale peut encore espérer se déchaîner avec succès. On veut qu'on l'oublie. On veut qu'on se sente impuissants. Honte au Canada.

    Enfin, je me dis que "ce qu'on fait au plus petit d'entre nous, c'est à Jésus qu'on le fait". Par là, Jésus nous indique ce qu'il faut faire pour être tous ensemble heureux. Angélisme ? Non, foi.