Harper défend le juge Léger

Ottawa — Le gouvernement conservateur a défendu la nomination du juge Jacques Léger à la Cour d'appel du Québec, malgré le fait que le magistrat ait représenté les Hells Angels de Montréal pour leurs droits commerciaux lorsqu'il était avocat.

La situation a créé un malaise dans l'opposition, qui a soulevé l'histoire aux Communes, hier, lors de la période de questions. Le Bloc québécois et le Nouveau Parti démocratique (NPD) ont vivement critiqué cette nomination, qui illustre la partisanerie des conservateurs, selon eux.

«Comment ce gouvernement, qui fait l'apologie de la loi et l'ordre, a-t-il pu être partisan au point d'avoir nommé à la Cour d'appel du Québec un juge ayant représenté les Hells Angels?» s'est indigné le chef bloquiste, Gilles Duceppe.

Le lieutenant politique au Québec du premier ministre Harper, Christian Paradis, a répliqué que les nominations judiciaires étaient faites selon le mérite. «Un processus transparent et rigoureux a été suivi comme pour toute autre nomination», a-t-il fait valoir.