Le crime ne paie pas, mais les programmes coûteront cher

Le ministre de la Sécurité publique, Vic Toews, a indiqué pour la première fois hier que la facture d’un de ses projets de loi s’élèvera à 2 milliards en cinq ans.
Photo: Agence Reuters Chris Wattie Le ministre de la Sécurité publique, Vic Toews, a indiqué pour la première fois hier que la facture d’un de ses projets de loi s’élèvera à 2 milliards en cinq ans.

Ottawa — Les multiples durcissements du Code criminel proposés par le gouvernement conservateur auront un coût astronomique pour les contribuables canadiens. Le ministre de la Sécurité publique, Vic Toews, a indiqué pour la première fois hier que la facture d'un de ses projets de loi s'élèvera à 2 milliards en cinq ans. Il a une idée du prix des autres mesures, mais refuse de le divulguer. Le chiffre de 10 milliards circule.

Il y a cinq projets de loi en matière de justice à l'ordre du jour du Parlement, sans compter tous les autres, morts avec la prorogation, qui n'ont pas encore été déposés à nouveau. La plupart auront pour effet d'augmenter la population carcérale. Jusqu'à présent, les ministres fédéraux avaient refusé de dire combien cela coûterait au trésor public. Hier, Vic Toews a levé le voile sur le coût anticipé du projet de loi C-25, mettant fin au «deux pour un».

Entré en vigueur cet hiver, C-25 interdit que le temps passé derrière les barreaux pendant un procès compte en double si le suspect est condamné. Le ministre Vic Toews prédit qu'il en coûtera 400 millions par année, soit 2 milliards d'ici 2015. À lui seul, donc, ce projet de loi augmentera les dépenses totales du gouvernement fédéral de 0,15 % par année.

«Notre gouvernement est prêt à payer le prix pour retirer les dangereux criminels de nos rues», a indiqué M. Toews. Trop longtemps, critique-t-il, le Parti libéral a accordé la priorité à la réinsertion. Pour les conservateurs, «la réinsertion est secondaire [par rapport] à la sécurité du public canadien».

Le ministre refuse de dire combien coûteront les autres projets de loi. «J'ai une idée, mais je préférerais ne pas partager mon idée à ce sujet, a-t-il répété malgré l'insistance des journalistes. Cela viendra en temps et lieu.»

Le gouvernement veut mettre beaucoup plus de gens derrière les barreaux en réduisant le recours aux peines avec sursis (purgées dans la collectivité), en repoussant la date de remise en liberté des grands criminels ou des auteurs de meurtres multiples, en resserrant la vis aux jeunes délinquants et en imposant des peines minimales plus élevées.

Le directeur parlementaire du budget, Kevin Page, a entrepris, à la demande du député libéral Mark Holland, une évaluation des coûts de tous ces projets de loi. Ce rapport devrait être rendu public la semaine prochaine, mais la rumeur veut qu'il arrive à l'imposante somme de 8 à 10 milliards de dollars d'ici cinq ans, soit une augmentation de près de 1 % du budget fédéral total.

Notons que le bureau de M. Page n'a pas obtenu la collaboration du gouvernement pour son étude. Les prévisions sur la population carcérale ne lui ont pas été fournies au motif qu'il s'agit de secrets du cabinet. Son bureau a dû construire des modèles prévisionnels.

«Voici un gouvernement qui, à chaque occasion, tente d'enterrer l'information, de la cacher au public. Les provinces, le public et le Parlement ont le droit de savoir, lance le député Holland. Comment les provinces peuvent-elles accepter les changements qui leur sont demandés si elles ne connaissent pas l'impact pour leurs contribuables, qui pourrait être de l'ordre de milliards de dollars?» Les peines de moins de deux ans, qui forment la majorité des sentences, sont purgées dans des prisons provinciales.
7 commentaires
  • Serge Manzhos - Inscrit 29 avril 2010 04 h 40

    les couts

    Combien coute un cas de récidive?

  • Serge Granger - Abonné 29 avril 2010 07 h 51

    Il faudra d'autres prisons

    Compte tenu de l'appui libéral au projet de loi C-15 qui prévoit une peine minimale de 6 mois pour mariculture, il faudra construire d'autres prisons. Bon an mal an, 70 000 arrestations au Canada (50 000 possession simple; 9 000 mariculture; 11 000 trafic) feront gonfler la population carcérale très rapidement.

    Copier l'échec américain qui coûte cher en plus d'être inefficace représente la volonté des voteurs

  • Jean-Claude Archetto - Inscrit 29 avril 2010 07 h 52

    W.Bush sors de ce corps

    Le gouvernement Harper est vraiment un clone des Républicains américains. En plus de combattre le registre des armes à feu , ils saignent l'état en mettant des milliards dans les prisons et dans l'Armée.
    Voila la vision de ce gouvernement d'idéologues de droite bornés et dangereux.
    Ce sont de plus les provinces qui ont déja des difficultés à boucler leurs budgets qui devront faire les frais de cette vision allianciste de la société.

  • Pierraud - Inscrit 29 avril 2010 08 h 00

    C'est un bon début

    Je suis entièrement d'accord, les criminels doivent payer et moi je crois que si les peines sont alourdies alors une bonne quantité de ces criminels vont y penser avant d'agir et j'espère qu'on va considérer l'élimination de toutes les allocations monétaires que ces bandits ont le droit de recevoir lorsqu'ils sont incarcérés, il me semble que cela aussi fera réfléchir le bandit qui prémédite un coup...

  • Pierre Rousseau - Abonné 29 avril 2010 10 h 27

    Manipulation politique

    C'est un exemple parfait du plus bas commun dénominateur. Il faut être très naïf pour croire que des peines plus sévères vont décourager les criminels! Même la peine de mort ne réussit pas à décourager les criminels... sauf s'ils y sont soumis. Ce que personne ne semble comprendre c'est qu'il y a un cycle d'incarcération et que même si les criminels purgent des peines plus longues, ils vont sortir de prison et lorsque le cycle est complet, il en sort de prison à tous les jours, partout. Ceux qui sortent sont la plupart du temps beaucoup plus dangereux que quand ils y sont entrés et les risques de récidive sont plus élevés.

    C'est extrêmement immoral de lier la réinsertion et la réhabilitation au Parti Libéral. C'est de la politisation d'une approche qui est basée sur des études et des recherches faites dans la plupart des démocraties occidentales et ce n'est pas la propriété du Parti Libéral mais de la criminologie. Par contre, l'approche conservatrice n'est basée sur à peu près rien de scientifique mais vise principalement la manipulation de l'électorat qui pense être plus en sécurité alors que c'est le contraire qui va arriver. En d'autres termes, ils se servent de votre argent, de vos taxes, pour incarcérer des individus qui vont devenir beaucoup plus dangereux pour VOUS! Tout cela pour avoir votre vote!!!

    La vérité? Plus les taux d'incarcération augmentent, plus les criminels sont dangereux et les taux de criminalité augmentent en conséquence, ce qui affecte la plupart des gens et crée beaucoup plus de victimes. Dans les prochaines années, si vous êtes victimes de crimes, vous pourrez dire merci aux Conservateurs.