Impasse dans l'achat d'avions militaires - Le Bloc et le NPD exigent l'intervention de Harper

Le Bloc québécois et le Nouveau Parti démocratique demandent au premier ministre Stephen Harper de mettre son nez dans le dossier des avions militaires de recherche et sauvetage afin de dénouer le bras de fer entre ses ministres Peter MacKay (Défense) et Tony Clement (Industrie), qui bloque l'acquisition de 17 avions, au coût de trois milliards de dollars.

Hier, Le Devoir révélait que le rapport commandé au Conseil national de recherche du Canada pour tenter de faire progresser le dossier a plutôt ajouté aux tensions, puisqu'il donne en grande partie raison au ministre Clement. Ce dernier juge que les Forces canadiennes, responsables de définir les caractéristiques du nouvel appareil, ont adopté des critères de sélection trop restrictifs, ce qui favorise le constructeur Alenia.

Le cabinet du ministre Clement veut assouplir les critères pour permettre plus de concurrence lors de l'appel d'offres. Le ministre Peter MacKay fait corps avec les Forces canadiennes, qui affirment ne pas avoir défini leurs critères en fonction d'un avion en particulier, mais selon les besoins à combler.

Ce projet d'acquisition est en marche depuis 2004, et le ministère de la Défense affirme avoir besoin des avions au plus vite, étant donné que la flotte actuelle est largement désuète. «Il est temps que le premier ministre s'en mêle, parce que le bras de fer dure depuis 2009, dit Claude Bachand, porte-parole du Bloc en matière de défense. Il faut que ça débloque. C'est le seul projet d'acquisition militaire qui touche directement la sécurité des citoyens.»

Le 18 mars dernier, le ministre Peter MacKay a reconnu du bout des lèvres son impuissance dans ce dossier. «Je veux procéder rapidement, mais je pourrais revenir devant vous dans un an ou deux avec les mêmes réponses, a-t-il dit. On est plus qu'un ministère dans ce dossier.»

Jack Harris, du NPD, estime que le premier ministre devrait inciter les Forces canadiennes à mettre de l'eau dans leur vin. «L'armée veut blâmer les politiciens pour le retard, mais s'ils acceptent de changer les critères de sélection de l'appareil pour permettre plus de concurrence, je pense que ça va aller plus vite», dit-il.

Les Forces canadiennes ont la responsabilité de secourir les citoyens perdus dans les montagnes Rocheuses, en difficulté dans le Grand Nord ou coincés sur un bateau à la dérive. Les 16 avions Buffalo et Hercules qui assurent actuellement les 1000 missions de recherche et sauvetage par année arrivent au bout de leur vie utile. Ces appareils ont un taux de disponibilité inférieur à 50 % (la norme est de 70 %). Pour les Buffalo CC115 de la côte ouest, achetés en 1967, ce taux est même de 39 %.