Ottawa prévoit une croissance de l’économie canadienne de 2,6 %

Les projections financières du budget fédéral déposé aujourd’hui  s’appuient sur des prévisions économiques relativement conservatrices. Pour préparer son budget, le ministre des Finances, Jim Flaherty, s’est servi des prévisions faites en décembre par les économistes de 15 institutions, dont les grandes banques, le Mouvement Desjardins et la Caisse de dépôt et placement du Québec.

En décembre, ces prévisionnistes tablaient sur une croissance du produit intérieur brut (PIB) réel de 2,6% en 2010 et de 3,2 % en 2011, au Canada.

Or, le mois dernier, lors d’une rencontre avec M. Flaherty, les économistes ont estimé que les perspectives de croissance à court terme «seraient probablement meilleures» que ce qu’ils entrevoyaient en décembre.

Par contre, ils ont également soulevé des «inquiétudes» quant aux risques inhérents à la croissance économique à moyen terme. Ils craignent plus particulièrement qu’il faille attendre plus longtemps avant que l’on observe «une reprise vraiment soutenue de l’économie mondiale».

Le scénario plus optimiste de février a tout de même trouvé des appuis lors de la publication des données de Statistique Canada sur la croissance du PIB canadien au quatrième trimestre de 2009, il y a quelques jours. La progression a largement dépassé les attentes, se chiffrant à 5%, alors que les analystes attendaient 3,5%.

Si la tendance devait se maintenir, les revenus d’Ottawa pourraient croître plus rapidement que prévu.