Ottawa s'oppose à la dénonciation d'Israël

Ottawa — Elle passe peut-être presque inaperçue au Québec, mais elle soulève les passions sur les campus canadiens et provoque l'ire du lobby pro-Israël: la Semaine contre l'Apartheid israélien, qui dénonce les actions d'Israël envers les Palestiniens, fera l'objet d'un vote à la Chambre des communes.

Un député conservateur d'arrière-banc, Tim Uppal, déposera une motion cette semaine au Parlement stipulant que «cette Chambre se considère comme une amie de l'État d'Israël; que cette Chambre s'inquiète des manifestations d'antisémitisme sous le couvert de la Semaine contre l'apartheid israélien; et que cette Chambre condamne explicitement toute action, au Canada et au palier international [sic], consistant à assimiler l'État d'Israël à la politique raciste et rejetée de l'apartheid».

Selon toute vraisemblance, le Parti libéral appuiera cette motion. «Je suis contre ces semaines parce qu'elles établissent une comparaison injuste entre un pays démocratique, de droits et d'égalité juridique, Israël, et un pays, l'Afrique du Sud, qui n'était pas démocratique», a déclaré le chef Michael Ignatieff lors d'un point de presse hier midi.

La semaine dernière, 500 artistes québécois, dont Richard Desjardins et Gilles Vigneault, ont signé une lettre dénonçant les politiques d'Israël et encourageant son boycottage économique. Ils dénoncent «un système institutionnalisé de racisme et de ségrégation qui ressemble à l'apartheid sud-africain d'autrefois», incarné par ses clôtures électrifiées, ses checkpoints ou encore le mur.

La semaine contre l'apartheid israélien a débuté hier et se poursuit jusqu'au 14 mars. La législature ontarienne a adopté la semaine dernière à l'unanimité une motion similaire à Toronto.
13 commentaires
  • Guy Massicotte - Inscrit 2 mars 2010 09 h 16

    confusion

    M. le député Uppal, il n'y a pas plus de peuple juif que de peuple catholique ou de peuple protestant. Israel est un pays multiethnique et multiculturel. L'action de nos artistes s'adresse au pays et non à une partie de sa population religieuse.
    M. Ignatieff, quand vous affirmez que Israel est un pays démocratique, c'est donc qu'une majorité de sa population approuve les actions ici reprochées. À moins qu'il s'agisse, comme ici, d'un pays mené par un gouvernement minoritaire qui prends des positions qui ne représente que les intentions d'une faible minorité de la population.
    Démocratie vous dites !

  • arabe - Inscrit 2 mars 2010 13 h 56

    Honte à Gilles Vigneault et Richard Desjardins; féliciations à Ignatieff et à l'assemblée législative de l'Ontario

    Bravo à Michael Ignatieff, félicitations à l'assemblée législative de l'Ontario, et honte à Gilles Vigneault et Richard Desjardins. Ces 2 individus savent sans doute créer de la fiction poétique mais ils peinent, manifestement, à voir les choses telles qu'elles sont, particulièrement quand elles se déroulent au-delà du bout de leur nez.

    Et les 500 autres artistes ? Ils font figure d’ »idiots utiles » (l’expression vient de Lénine) aux yeux des islamistes et des terroristes au pouvoir à Gaza: par leur signature, ces artistes se croient utiles à la cause palestinienne alors qu’ils ne réussissent qu’ à faire la promotion de la cause islamiste et terroriste.

    La semaine contre l'apartheid (sic) israélien est un dérapage odieux qui mérite l'opposition et la condamnation de tous ceux qui ont une tête sur les épaules, connaissent le sens des mots, ou, simplement, ne sont pas incultes. Tous ceux, en sommes, qui ne sont pas les esclaves superficiels de leurs émotions, défaut sérieux que je ne serais pas surpris de trouver chez la plupart des artistes signataires.

    Rappelons aux 500 signataires que Gaza a une frontière avec l’Egypte : Gaza ne peut être une « prison » (sic) que si l’Egypte bloque, aussi, sa frontière avec Gaza. Si apartheid il y a, il est donc à la fois israélien et égyptien. Quand y aura-t-il « semaine contre l’apartheid israélien et égyptien », ou jointe condamnation de l’Egypte et Israel ? Rép. : aux calendes grecques. Car le but de ces organisateurs est : ventiler une haine atavique et la ventiler unilatéralement, de manière qui attire peu de conséquences personnelles. En clair : dans la direction du seul pays juif de la planète plutôt que dans la direction (oh ennuyante, oh plus complexe, puisqu’il y a 60 autres pays musulmans) d’un pays juif et d’un pays musulman !

    (Notons au passage que l’Egypte a entièrement raison de lutter avec Israël contre le terrorisme islamiste.)

    Québécois déçus par la pusillanimité de ces artistes dépourvus de discernement, réconfortez-vous: les autres signataires me semblent de purs inconnus. Parmi les plus grands artistes québécois, des douzaines et des douzaines (l'immense majorité) n'ont pas signé cette pétition incendiaire qui ne peut avoir qu'une conséquence prévisible: envenimer les choses là-bas en encourageant les Palestiniens à persévérer dans une direction extrémiste fermée aux compromis ; extrémisme qui dure depuis 60 ans sans jamais leur donner rien d'autre que plus de misère et de dépendance auto-infligée. Il y a du tragique à un peuple dont le motto officieux est, selon Abba Eban : « ne jamais rater une occasion de rater une occasion ». Si au moins les signatairs pointaient le peuple palestinien dans la bonne direction. Mais non : tout comme le fou regarde fixement le doigt du sage qui pointe vers la lune, ces artistes regardent fixement le doigt israélien au lieu de la solution si évidente ; refus du terrorisme, acceptation de compromis.

    Si une majorité palestinienne avait été le moindrement ouverte à des compromis (une minorité palestinienne y a toujours été ouverte), il y aurait paix depuis belle lurette au Proche-Orient.

    Un mot pour les journalistes québécois ou francophones. Pensez-vous vraiment que ces artistes connaissent quoi que ce soit à la situation là-bas? Non. Mais ils ont sans doute lu vos comptes-rendus, et vos comptes-rendus étaient, pour la plupart, sérieusement biaisés dans une direction pro-palestinienne ou négative envers Israël ; ils n’avaient rien d’une apparence de neutralité.

    Avant de ridiculiser la crédulité et la naiveté de ces artistes dominés par leurs émotions beaucoup plus que par la raison et la connaissance, pointons donc du doigt les nombreux journalistes québécois qui les ont systématiquement désinformés sur ce sujet, et ce, depuis 40 ans. Quelques journalistes les ont informés avec compétence et objectivité (Lysiane Gagnon, par exemple), mais ils sont fort minoritaires. Les autres ont systématiquement utilisé un vocabulaire très peu neutre qui était souvent dénigrant envers Israel: un vocabulaire qui correspondait, le plus souvent, à la manière palestinienne de voir les choses, et qui correspondait très rarement à la manière israélienne de voir les choses.

  • Martin Dufresne - Abonné 2 mars 2010 14 h 09

    Quelle dégringolade depuis 8 ans, Monsieur Ignatieff!

    Le 19 avril 2002, M. Ignatieff écrivait dans The Guardian: "...When I looked down at the West Bank, at the settlements like Crusader forts occupying the high ground, at the Israeli security cordon along the Jordan river closing off the Palestinian lands from Jordan, I knew I was not looking down at a state or the beginnings of one, but at a Bantustan, one of those pseudo-states created in the dying years of apartheid to keep the African population under control...."
    Le mot "apartheid" ne lui répugnait pas à l'époque pour décrire le régime imposé aux Palestiniens et Palestiniennes. Et ça s'est aggravé depuis.
    Ignatieff a même reconnu - avec la collectivité internationale - un crime de guerre lorsque le gouvernement d'Israel a sciemment écrasé la population civile de Beyrouth sous les missiles et les obus en 2006.
    Quelle dégringolade depuis! Plus l'homme se rapproche du pouvoir, plus il cède aux pressions du lobby sioniste en assimilant toute critique de ce gouvernement voyou à de l'antisémitisme...

  • Martin Dufresne - Abonné 2 mars 2010 15 h 26

    Pourquoi vouloir censurer les Juifs critiques de la politique d'Israel?

    Ce qu'on perd souvent de vue quand on s'inquiète, à raison, d'une montée de l'antisémitisme (comme celui qu'ont flatté des chroniqueurs populistes au sujet des heures d'ouverture des écoles au Québec), c'est que les gros canons utilisés pour discréditer la Semaine contre l'apartheid israélien censure au premier titre.... des Juifs! Ce sont en effet en grande partie des Juifs et des Juives qui s'indignent de la politique génocidaire du gouvernement d'Israel et organisent ces semaines de sensibilisation sur nos campus. Lire, par exemple, l'excellente rubrique de Judy Rebick intitulée "Israel is an apartheid state and that is why they are losing legitimacy" sur http://transformingpower.ca/
    De quel droit des "Gentils" tentent-ils de supprimer les voix des Juives et des Juifs pacifistes?

  • Godfax - Inscrit 2 mars 2010 18 h 09

    Les races n'existe pas

    L’état d’Israël a institutionnalisé le racisme
    tout comme la Palestine il est là le problème, la
    religion y est secondaire.

    La question de savoir qui a commencé ou qui a tort
    est très complexe, et ne ramènera pas la paix. La question
    est de savoir pourquoi ça continue.

    Prendre position politique dans une question
    de haine raciale militarisé c’est plutôt stupide et dangereux.
    Ramené cette division drastique ici avec le conflit Israëlo-Palestinien
    c'est pas trop une bonne idée.
    Les processus de haine sont enclencher dans cette
    région et sont devenu très violant. Leurs sources c’est l’institutionnalisation du racisme, tout les autres problèmes
    découle en partie de ce points.

    C’est LE problème clé que les artistes devraient crier.
    Les races n’existe pas, il est temps que les états de droits le reconnaissent et cesse l’hypocrisie. Les artistes devrais commencer par le Canada et dénoncé l’apartheid racial qu’elle fait avec les amérindiens, et ses politique de discrimination positive.

    Parce que de l’Apartheid positif ou négatif, ca reste de
    l’Apartheid et ça crée un racisme populaire dangereux.

    L’humanité a assez souffert des théories consanguines moyenâgeuses des eugénistes. Cette pseudoscience destructrices doit sortir de la politique; elle sème la haine.

    Gabriel Claveau
    emancipationquebec@hotmail.com