Droits et Démocratie - Conspué, B'Tselem se défend

Ottawa — Le groupe israélien de défense des droits de la personne B'Tselem défend sa réputation. Celui qui a vu sa subvention de 10 000 $ provenant de Droits et Démocratie annulée sous prétexte qu'il n'est pas un interlocuteur posé dans le débat au Moyen-Orient entend rectifier les faits.

B'Tselem a été fondé en 1989 par des universitaires, procureurs, journalistes et élus. Son objectif, indique son site Internet, est de renseigner le public israélien et la classe dirigeante sur les violations des droits humains qui ont lieu dans les territoires occupés afin de «créer une culture des droits humains en Israël». Le groupe a été aspiré dans la tempête qui secoue l'organisme canadien Droits et Démocratie. Ce dernier, alors sous la présidence de Rémy Beauregard, avait octroyé une subvention de 10 000 $ à B'Tselem, mais le nouveau président du conseil d'administration, Aurel Braun, l'a désavoué.

Aurel Braun a déclaré que B'Tselem n'avait de juif «que le nom». Dans un communiqué de presse diffusé hier, le groupe israélien basé à Jérusalem riposte. «Nous sommes outrés de lire dans les médias des déclarations de membres du conseil d'administration [de Droits et Démocratie] calomnieuses et sans fondement à propos de B'Tselem et l'intégrité de son travail», écrit la directrice générale de l'organisme, Jessica Montell. «Ces déclarations témoignent d'une ignorance profonde et insultante du travail de B'Tselem et de son rôle dans la société israélienne.»

Mme Montell ajoute que son organisme travaille aussi en étroite collaboration avec les autorités militaires israéliennes «pour encourager l'imputabilité» et que celles-ci ont maintes fois loué leur travail.

B'Tselem se porte par ailleurs à la défense des deux autres organismes condamnés par le nouveau président de Droits et Démocratie, al Haq et al Mazan. À en croire Aurel Braun, tous deux sont liés «liés au terrorisme». Leur subvention de 10 000 $ a aussi été annulée. «B'Tselem conteste ces attaques, rappelant que ces deux organismes se sont mérité une bonne réputation pour leur travail courageux en matière de droits de la personne auprès des autorités autant israéliennes que palestiniennes», indique le communiqué.