1er juillet - Le Québec fêtera moins fort

Ottawa — Le Québec perd des fonds fédéraux et le Bloc québécois se dit prêt à s'en réjouir? Un renversement de logique en apparence surprenant, mais qui se fait plus compréhensible lorsqu'on apprend qu'il s'agit des fonds réservés aux célébrations de la fête du Canada.

Le ministre du Patrimoine canadien, James Moore, a confirmé hier que le gouvernement partagerait dorénavant l'enveloppe du programme Le Canada en fête au prorata de la population. Cette décision met ainsi fin à un déséquilibre qui faisait en sorte que le Québec recevait jusqu'à 85 % de l'enveloppe nationale pour organiser différentes célébrations le 1er juillet, alors que sa population compte pour 24 % de celle du Canada.

Ce sont les libéraux de Jean Chrétien qui avaient mis sur pied — à l'époque des commandites — le programme visé. M. Moore a indiqué hier à la chaîne Canwest qu'il éliminera les comités régionaux qui géraient les subventions et qui monopolisaient à eux seuls près de la moitié des 6,7 millions de l'enveloppe.

Selon des documents dévoilés en avril par La Presse, le Québec avait reçu en 2008-09 près de 3,2 millions d'un budget national de 3,8 millions réservé pour la fête de la Confédération. En intégrant d'autres composantes du programme (qui subventionnent différentes fêtes), le Québec recevait encore 55 % du budget total de 6,7 millions. À l'époque, Patrimoine canadien avait expliqué cette disparité entre les provinces par le fait que la demande était plus forte au Québec.

Hier, le Bloc québécois se montrait sceptique devant les projets annoncés par James Moore. «On va le croire quand on verra les chiffres, a indiqué la porte-parole en matière de culture, Carole Lavallée. Il nous semble à première vue que le problème qu'il identifie cette fois [le coût de fonctionnement des comités régionaux] n'est pas le même qu'il défendait la dernière fois [le Québec fait plus de demandes]. On va donc attendre avant de dire que ce n'est plus un programme de propagande.»
1 commentaire
  • Roland Berger - Inscrit 22 janvier 2010 09 h 15

    Plus la peine

    Maintenant gouverné par les conservateurs, le Canada ne semble plus s'inquiéter du sentiment souverainiste. Ce n'est plus la peine de promouvoir le fédéralisme en achetant le monde culturel québécois. On est loin des 'tits drapeaux canadiens de Sheila Copps.
    Roland Berger
    St. Thomas, Ontario