Harper annoncerait un important remaniement

Ottawa — Ce qui devait être, à l'origine, un léger remaniement ministériel semble s'être transformé en chambardement d'importance selon ce qu'a appris La Presse canadienne hier soir.


De huit à dix ministres seraient soit promus, transférés ou rétrogradés, incluant une femme qui, aux yeux de bien des observateurs, était une étoile montante du Parti conservateur.

La ministre des Ressources naturelles, Lisa Raitt, qui s'était retrouvée dans l'eau bouillante l'an dernier après avoir émis des critiques négatives envers quelques-uns de ses collègues ministres, perdrait son poste. Elle serait mutée à la fonction beaucoup moins prestigieuse de ministre du Travail.

Christian Paradis, qui occupait la fonction de ministre des Travaux publics, remplacerait Mme Raitt aux Ressources naturelles, un ministère qui supervise l'épineux dossier des sables bitumineux et l'avenir d'Énergie atomique du Canada Limitée.

Rona Ambrose, une autre femme en qui le Parti conservateur a déjà fondé beaucoup d'espoir lors de sa nomination à l'Environnement, obtiendrait une seconde chance. Elle devrait quitter le ministère du Travail pour passer aux Travaux publics.

Dans le cadre d'un jeu de chaise musicale à trois, Stockwell Day laisserait la fonction de ministre du Commerce et deviendrait président du Conseil du Trésor, à la place de Vic Toews, qui sera muté à la Sécurité publique. Peter Van Loan, qui avait été nommé à la Sécurité publique, remplacera M. Day au ministère du Commerce.

Parmi les autres changements, Jean-Pierre Blackburn quitterait le ministère du Revenu et remplacerait le démissionnaire Greg Thompson au poste de ministre des Anciens combattants.

Il appert, par ailleurs, que ce remaniement n'inclura pas Maxime Bernier, l'ancien ministre des Affaires étrangères.

Le premier ministre Stephen Harper devrait confirmer ces changements aujourd'hui.

Les «poids lourds» que sont Jim Flaherty (Finances) et Peter MacKay (Défense) seraient épargnés, bien que ce dernier pourrait perdre certaines responsabilités au sein de l'Agence de promotion économique du Canada atlantique.
1 commentaire
  • Pierre Castonguay - Inscrit 19 janvier 2010 07 h 53

    Un réaménagement de vitrine

    En terme de principes démocratiques, (2 prorogations arbitraires visant à museler la démocratie canadienne, une tentative de noyautage du sénat, une attitude arrogante ne tenant pas compte de l'image de marque du Canada et allant jusqu'à partiellement bouder des conférences internationales d'importance), M. Harper présente une position passéiste et dangereuse de la gestion de l'état. Son remaniement ministériel ne vise qu'à créer l'illusion médiatique que ses ministres, qu'il déplace comme de simples pions sur un échiquier, sont tout autre chose que des vases anciens qu'il réaménage sur les tablettes d'une vitrine d'antiquaire. M. Harper est un commerçant d'image qui déplace des objets afin de dépoussiérer les tablettes de sa boutique.
    Il se conduit comme un propriétaire unique et en agit avec les ministères comme si il les possédaient en propre. Lorsqu'il recours aux médias par le truchement d'un remaniement ministériel, il effectue simplement le réaménagement du système d'éclairage de la vitrine de son magasin. Un important remaniement est l'équivalent d'un ménage saisonnier dans lequel il défait la vitrine du temps des fêtes pour aménager la vitrine de fin d'hiver dans laquelle il s'apprête à disposer quelques bottes en solde provenant du cordonnier du lobby de l'armement et quelques bidons de transport de carburant pour le pompiste du lobby du pétrole.