Les Chinook prennent le chemin de l'Ontario

Les nouveaux appareils seront basés à Petawawa, en Ontario.
Photo: Boeing Les nouveaux appareils seront basés à Petawawa, en Ontario.

Les 15 nouveaux hélicoptères Chinook seront basés à Petawawa, en Ontario. La base militaire de Bagotville, au Saguenay, qui espérait recevoir les hélicoptères, voit donc les 440 emplois lui échapper.

Le ministère de la Défense a confirmé hier après-midi ce que Le Devoir a révélé en mai dernier, à savoir que les 15 hélicoptères Chinook seront basés en Ontario, et non pas au Québec.

Pourtant, selon une évaluation de la Force aérienne réalisée le 3 juin 2008, l'endroit le moins cher pour établir les hélicoptères était Bagotville. Trois emplacements ont été étudiés: Edmonton, Petawawa et Bagotville.

D'après cette analyse, installer les Chinook à Bagotville exige un investissement de 314 millions de dollars pour les infrastructures. De son côté, Petawawa fait monter la facture à 338 millions.

Néanmoins, dans ce document interne, les spécialistes du ministère de la Défense recommandaient au gouvernement de choisir Petawawa. L'éloignement de Bagotville, qui n'est pas à proximité de la base de Valcartier, semble avoir désavantagé la région du Saguenay. L'armée affirme vouloir une symbiose entre les Chinook et l'armée de terre.

«Petawawa a été choisie parce qu'elle offre le meilleur soutien à l'Armée de terre et aux forces d'opérations spéciales, dont un grand nombre sont implantés ici, tout en minimisant les coûts connexes liés à l'infrastructure pour la nouvelle flotte», a indiqué hier le général Walt Natynczyk, chef d'état-major de la Défense, dans un communiqué de presse. Le Canada devrait recevoir son premier appareil en 2013.

Toutefois, le Bloc québécois aurait souhaité que l'analyse des coûts soit respectée et que les Chinook aient Bagotville comme port d'attache. «C'est décevant et déplorable. On prive une région du Québec de bons emplois», a dit Robert Bouchard, député de Chicoutimi-Le Fjord.


La fin de certains escadrons au Québec?

Environ 440 soldats vont former la nouvelle unité des Chinook. Pour entretenir, réparer et faire voler les hélicoptères, les Forces canadiennes recommandaient en 2008 de transférer des militaires à Petawawa.

Dans le document interne de l'armée, on pouvait lire que deux escadrons du Québec pourraient être touchés: le 438e Escadron d'hélicoptères tactiques de Saint-Hubert (réserve) et le 439e Escadron d'hélicoptères tactiques de Bagotville (force régulière) devaient être supprimés. Les deux unités renferment environ 50 personnes chacune.

Hier, les Forces canadiennes ont soutenu qu'il n'y a pour l'instant «aucun plan pour démanteler ces deux escadrons». «Les options pour la dotation des 440 postes sont présentement à l'étude et seront annoncées en temps opportun», a soutenu la capitaine Isabelle Bresse, porte-parole de la Force aérienne.

À voir en vidéo