Les bloquistes, les députés les plus disciplinés à Ottawa

Ottawa — Les députés à la Chambre des communes sont en théorie libres de voter selon leur conscience lors de votes n'engageant pas la confiance du Parlement ou portant sur des projets de loi mineurs. En théorie. En pratique, les élus fédéraux font preuve d'une très grande docilité.

Le quotidien Ottawa Citizen a effectué une compilation des 159 votes enregistrés à la Chambre des communes depuis la dernière élection générale de 2008. Les votes de chaque député ont été classés selon qu'ils correspondaient à la ligne de son parti ou non. Résultat: les bloquistes sont les plus dociles de tous.

À seulement une occasion, une députée a voté contre la ligne de sa formation. Il s'agit de Maria Mourani (Ahuntsic), qui a appuyé le projet de loi conservateur établissant des peines minimales pour le trafic de drogue. Cette dissidence représente 0,01 % des voix exprimées par ce caucus.

Les lignes de parti ne sont pas toujours présentées comme telles. Le projet de loi de la conservatrice Candice Hoeppner, visant à démanteler le registre des armes à feu, n'était pas soumis à une ligne de parti puisqu'il ne s'agissait pas d'une initiative gouvernementale. Dans les faits, tous les conservateurs l'ont appuyé, et tous les bloquistes s'y sont opposés.

Selon le chef Gilles Duceppe, cette homogénéité s'explique par les longs débats «plus libres qu'ailleurs» tenus lors des réunions de caucus. Les députés peuvent alors exprimer clairement ce qu'ils pensent. «Mais une fois que la décision est prise, on s'assume par la suite», indique Gilles Duceppe en entrevue.

Le taux de présence des bloquistes aux votes se situe à 93 %. À ce chapitre, les conservateurs sont champions, avec un taux de présence de 95 %, suivis des néodémocrates à 91 %. Les libéraux ferment la marche avec 86 %.

La dissension n'est pas davantage valorisée chez les conservateurs. Le parti de Sthephen Harper qui militait pour les votes libres, les référendums d'initiative populaire et la destitution citoyenne de députés à l'époque du Parti réformiste et de l'Alliance canadienne encadre maintenant de manière très stricte ses élus. Ainsi, les 159 votes ont permis aux 143 députés conservateurs de s'exprimer au total plus de 21 000 fois au cours de la dernière année. La dissidence s'est exprimée à seulement 30 reprises, soit une moyenne de 0,14 %.

Au NPD, le taux de dissidence a été de 0,72 %. Un des moments importants de dissension s'est déroulé lors du même vote sur le registre des armes à feu. Le tiers des députés de Jack Layton ont voté pour le démantèlement de cet outil policier. Les libéraux, enfin, remportent la palme du caucus le plus libre — ou indiscipliné, c'est selon. Il est arrivé à 135 reprises que le vote exprimé soit contraire à celui du reste du caucus, pour un total de 1,3 %.

**

Correctif du 16 décembre 2009: La députée bloquiste Maria Mourani a voté avec le gouvernement conservateur sur un projet de loi imposant des peines de prison minimales, non pas dans les cas de trafic de drogue, mais dans les cas de trafic d'enfants.

À voir en vidéo