Élections partielles - Un bastion du Bloc en danger dans le Bas-du-Fleuve?

Quatre élections partielles se tiendront lundi au pays, dont deux au Québec. Si le résultat dans Hochelaga ne fait pas de doute, celui dans la région de Kamouraska est plus incertain, alors que les conservateurs talonnent le Bloc.

Ottawa — Le Bloc québécois perdra-t-il un de ses bastions lors de l'élection partielle de lundi dans Montmagny-L'Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup (MLKRDL)? Les conservateurs le souhaitent et l'affirment, mais la lutte s'annonce très serrée.

Quatre élections partielles se tiendront lundi au pays, dont deux au Québec dans des circonscriptions appartenant au Bloc québécois depuis 1993. Le départ de Réal Ménard pour la scène municipale a libéré le siège dans Hochelaga, alors que Paul Crête a quitté son poste dans

MLKRDL pour tenter — en vain — sa chance à l'élection partielle provinciale dans Rivière-du-Loup, en juin.

Les yeux des observateurs seront surtout tournés vers son ancienne circonscription lundi: les conservateurs y présentent en effet un candidat connu, Bernard Généreux, ancien maire de La Pocatière, qui croit avoir toutes les chances de battre la bloquiste Nancy Gagnon. Candidate péquiste défaite à l'élection de 2007, Mme Gagnon a été attachée de presse du député Pierre Paquette.

Au Bloc, on affirme ne pas être trop inquiet du résultat. Les pointages internes sont «satisfaisants», «mais c'est vrai que la lutte est serrée et que chaque vote comptera», note une responsable de l'organisation de Mme Gagnon. «On sait que le gros défi d'une partielle est toujours de faire sortir le vote, mais c'est d'autant plus vrai cette fois-ci que c'est la cinquième élection en un an pour les électeurs de la région: ça fait beaucoup», avoue-t-elle.

Après la tenue d'élections générales fédérales et provinciales en 2008, les électeurs de Rivière-du-Loup sont retournés aux urnes pour des partielles provinciales en juin et pour des municipales la semaine dernière. Dans les circonstances, la mobilisation n'est pas facile.

Chez les conservateurs, on indique être «très content» de la campagne — qui a notamment portée sur les problèmes de l'industrie forestière — et avoir confiance d'obtenir de bons résultats lundi. Bernard Généreux a notamment pu profiter du soutien de Jacques Demers durant la campagne. Le nouveau sénateur a enregistré un message téléphonique qui demandait à la population de se «donner enfin le pouvoir d'agir» en votant pour un membre du parti au pouvoir. M. Généreux a souvent fait valoir durant la campagne qu'il serait plus facile d'obtenir du financement pour des projets si le comté était représenté par un conservateur.

Les libéraux présentent quant à eux l'ancien préfet de la MRC de Montmagny, Marcel Catellier.

Hochelaga

S'il est difficile de prévoir qui remportera la mise dans MLKRDL, l'élection du candidat bloquiste Daniel Paillé dans Hochelaga ne fait au contraire pratiquement aucun doute. Réal Ménard avait devancé son plus proche adversaire par 13 000 votes l'an dernier.

Mais si l'ancien ministre péquiste est parti avec une longueur d'avance, il a dû essuyer quelques critiques internes (ses racines prolétaires ont été mises en doute, et plusieurs n'ont pas aimé que le candidat soit plus ou moins parachuté par Gilles Duceppe)... en plus d'affronter la campagne énergique du candidat néo-démocrate Jean-Claude Rocheleau.

Le NPD a de fait installé de grandes affiches imitant les chèques de cérémonie utilisés par le gouvernement dans certains événements pour rappeler que Daniel Paillé a rempli un mandat d'analyse pour le gouvernement conservateur il y a deux ans. L'affiche donne l'impression que M. Paillé a été payé 750 000 $ par le Parti conservateur: les bloquistes ont répliqué en collant sur ces pancartes des affiches dénonçant le soutien de plusieurs députés néo-démocrates au projet de loi d'abolition du registre des armes à feu.

L'Ouest et l'Est

En Colombie-Britannique, le NPD espère conserver Westminster-Coquitlam: en 2008, la néo-démocrate Dawn Black (42 %) y avait battu de peu la conservatrice Yonah Martin (39 %), qui a depuis été nommée au Sénat par Stephen Harper. Finalement, en Nouvelle-Écosse, dans Cumberland-Colchester-Musquodoboit Valley, les conservateurs semblent bien placés pour reprendre la circonscription détenue par l'indépendant Bill Casey (69 % du vote en 2008). M. Casey avait été facilement élu comme conservateur en 2004 et en 2006.

À voir en vidéo