En bref - Alfonso Gagliano en appel

Ottawa — Cinq ans après les faits, l'ancien ministre libéral Alfonso Gagliano maintient que le gouvernement fédéral n'avait pas le droit de le congédier de son poste d'ambassadeur au Danemark. Il a décidé hier de porter en appel une décision de la Cour supérieure du Québec lui donnant tort.

M. Gagliano soutient que ses compétences n'ont jamais été mises en doute et qu'il a été relevé de ses fonctions par l'ancien premier ministre Paul Martin pour des raisons «politiques», liées au scandale des commandites. Il ajoute qu'il avait été nommé pour quatre ans et que son renvoi à mi-mandat peut être interprété comme une rupture de contrat. Il réclame plus de 8,5 millions de dollars pour perte de revenus, congédiement abusif et atteinte à sa réputation. Le juge de première instance, Kevin Downs, a rejeté ses arguments en mai dernier. Le magistrat a conclu que la nomination de M. Gagliano au Danemark était «discrétionnaire» et pouvait être révoquée à tout moment, «peu importe la qualité des services rendus».