Des drag-queens à la fête du PLC

Vancouver — Les délégués libéraux auront eu droit samedi soir à une fête éclatée pour marquer la clôture de leur congrès au leadership. Hedy Fry, la députée de Vancouver-Centre, a choisi pour divertir la foule de présenter un échantillon de la vie nocturne de son quartier bigarré. Du coup, les libéraux ont été quittes pour un spectacle... de drag-queens et d'une effeuilleuse burlesque! Ce fut de loin le spectacle le plus osé qu'il a été donné de voir dans le cadre d'une rencontre politique.

Trois drag-queens ont fait plusieurs tours de pistes. Une d'entre elles était d'abord affublée d'une paire de cuissardes révélatrices (qui ont fait l'envie d'une Hedy Fry elle-même vêtue d'une chemisette en satin rose et d'un chapeau de grande dame), puis déguisée en Wonder Woman. C'est alors que la super héroïne s'est emparée d'un membre de l'assistance pour lui attacher les mains dans le dos et imiter quelques gestes sexuels.

Le spectacle se voulait quand même très politique: les drag-queens ont déclaré leur appartenance au PLC, raillé le parti de Jack Layton (No Damn Policy) et invité les militants à prendre le pouvoir le plus vite possible. «Wow! on voit bien qu'on n'est pas dans une assemblée conservatrice ici, a lancé l'une d'entre elles. Parce que vous buvez et que vous êtes capables de comprendre ce que nous faisons.» Hedy Fry remporte sa circonscription depuis 1993 (elle avait défait Kim Campbell) en faisant campagne dans les milieux gais, entourée de drag-queens, justement. C'étaient ses militants et amis qu'elle présentait ainsi.

Le moment le plus osé de la soirée aura certainement été les trois parodies de strip-tease au terme desquels immanquablement, la dame s'est retrouvée vêtue d'à peine une ficelle-tanga et de pastilles sur les mamelons. On a senti un certain malaise dans la salle, mais à part une sénatrice du Québec, peu ont quitté la salle pour autant!

À voir en vidéo