Un deuxième plan de relance de 32 milliards - Le Bloc appuiera les conservateurs s'ils acceptent ses propositions

Ottawa — Devant une récession plus profonde et plus longue que prévu, le Bloc québécois demande au gouvernement Harper de mettre en place un nouveau plan de relance, de 32 milliards de dollars sur deux ans.

Le Bloc demande que les mesures s'ajoutent au plan de 40 milliards de dollars sur deux ans déjà annoncé dans le budget fédéral de janvier dernier. Avec les nouvelles sommes, le parti souverainiste désire aider les personnes âgées, les entreprises et les travailleurs qui perdent leur emploi. En plus d'augmenter les sommes destinées aux provinces.

Le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, a affirmé en conférence de presse hier que si le gouvernement répond à ses demandes et arrive avec une mise à jour économique bonifiée dans les prochaines semaines ou les prochains mois, il appuierait les conservateurs lors de ce vote de confiance. «Si les autres partis sont d'accord avec nous, est-ce qu'on va dire non? Franchement, il faut être cohérent», a dit Gilles Duceppe.

Le chef du Bloc n'a eu aucune discussion avec le gouvernement conservateur sur un possible deuxième plan de relance économique. Lorsque M. Duceppe avait proposé des mesures l'automne dernier, le gouvernement avait remercié le Bloc pour son travail, mais n'a pas suivi ses conseils lors du budget de janvier.

Est-ce que ce sera différent cette fois? «Si les autres partis veulent reprendre nos propositions, je n'ai pas de problème avec ça, a dit Gilles Duceppe. [...] Il faut être responsable. Si le gouvernement accepte nos demandes, tant mieux.» Mais le ministre des Finances, Jim Flaherty, a accueilli froidement le plan du Bloc, affirmant que le parti aurait dû voter en faveur du dernier budget.

Popularité du PLC

Le Parti libéral du Canada grimpe dans les sondages — y compris au Québec —, ce qui pourrait inciter les troupes de Michael Ignatieff à vouloir défaire le gouvernement l'automne prochain. Le chef du Bloc québécois s'est défendu de tendre une perche au gouvernement avec ses nouvelles demandes, même si les conservateurs pourraient en profiter pour s'attirer le vote crucial du Bloc et ainsi éviter des élections. «Plutôt que d'y voir des manigances, que les autres partis fassent leur devoir et proposent des choses pour aider les gens à traverser la crise», a répliqué Gilles Duceppe.

Ce dernier a d'ailleurs lancé quelques flèches au Parti libéral hier. «Les libéraux votent toujours avec les conservateurs, comme Stéphane Dion. Et ils ne proposent rien pour l'économie. Le NPD ne propose rien lui non plus», a dit M. Duceppe.

Le budget de janvier dernier prévoyait une contraction du PIB canadien de 0,8 %, mais la Banque du Canada prévoit maintenant qu'il sera dans le négatif de 3 %. Plus de gens que prévu perdront donc leur emploi, ce qui amène le Bloc à proposer des ajouts au plan de relance initial.

Selon le leader parlementaire du Bloc, Pierre Paquette, la plupart des mesures sont ponctuelles, ce qui évitera un déficit structurel après 2010. «La bonne chose à faire est d'intervenir maintenant, pour que l'économie canadienne soit en bonne position pour rebondir», a-t-il dit.

À voir en vidéo