Le PC en difficulté au Québec et en Ontario - Christian Paradis se retrousse les manches

Ottawa — Les récents sondages qui montrent un Parti conservateur en difficulté au Québec et en Ontario, les deux provinces qui renferment le plus de sièges, n'intimident pas le ministre Christian Paradis, lieutenant de Stephen Harper au Québec. Il se dit conscient qu'il y a une côte à remonter, mais ajoute que, pour l'instant, la priorité doit aller à l'économie.

«Il y a toujours des défis à relever», a affirmé Christian Paradis lors d'un point de presse tenu cette semaine à Ottawa, alors qu'il annonçait 400 millions de dollars sur deux ans pour rénover des édifices fédéraux. «Je ne suis pas en train de dire que je vois la vie en rose. Il y a des défis à relever, mais je pense qu'on a été élus pour s'occuper de l'économie. On a un plan d'action économique qui est là. On livre la marchandise.»

Alors que les machines électorales se réchauffent en prévision d'un possible scrutin cet automne, comme le révélait Le Devoir hier dans le cas du Parti libéral, Christian Paradis affirme déployer tous les efforts pour redresser la barque au Québec. «Je m'occupe de l'organisation. Il y a des conseils régionaux qui se forment parce qu'on peut continuer aussi de se mobiliser par la base, de lancer des idées. On travaille sur une plate-forme électorale. Il y aura des annonces qui seront faites au fur et à mesure.» Le ministre soutient «travailler sur le terrain» et voir des choses «très intéressantes».

En début de semaine, un nouveau sondage pancanadien Strategic Counsel est venu confirmer celui de Léger Marketing-Le Devoir publié le 30 mars dernier. Les deux coups de sonde montrent un effritement des appuis du Parti conservateur en Ontario et au Québec. Le sondage Léger Marketing, qui a une marge d'erreur plus faible dans cette province (4 %, 19 fois sur 20), crédite les libéraux de 45 % des intentions de vote, contre 35 % pour les conservateurs. La firme de Toronto Strategic Counsel accorde quant à elle 45 % au PLC et 32 % au PC (marge d'erreur de 6,2 %).

Au Québec, les deux firmes ont des chiffres semblables qui confirment la forte avance du Bloc québécois. Encore une fois, Léger Marketing a une marge d'erreur plus faible (5 %, 19 fois sur 20). Le Bloc québécois récolte 42 % des intentions de vote. Le Parti libéral obtient 33 %, alors que le Parti conservateur récolte 12 %. De fait, le NPD chauffe les troupes de Stephen Harper dans la province, puisqu'il obtient 10 %.

Strategic Counsel, qui a rendu publics ses chiffres le 6 avril dernier, accorde quant à elle 41 % au Bloc québécois, 29 % au Parti libéral et 15 % au Parti conservateur dans la province. La marge d'erreur de la firme de Toronto au Québec est de 6,2 %, 19 fois sur 20.

La forte avance du Parti conservateur dans l'ouest du pays fait toutefois en sorte que le PC et le PLC sont statistiquement à égalité dans les intentions de vote à l'échelle pancanadienne.

À voir en vidéo