Traitement réservé à l'ancien premier ministre - Le cas de Mulroney divise le caucus conservateur

Ottawa — La discipline de fer des conservateurs a été mise à rude épreuve, la semaine dernière, alors que des membres du caucus ont critiqué derrière les portes closes le traitement qu'a réservé le parti à l'ancien premier ministre Brian Mulroney, a appris La Presse canadienne. M. Mulroney fait présentement l'objet d'une enquête publique quant à ses liens avec l'homme d'affaires allemand Karlheinz Schreiber, de qui l'ancien premier ministre canadien aurait accepté 225 000 $ en argent comptant.

Certains députés et sénateurs conservateurs ne cachent désormais plus leur désaccord au sujet de la consigne qu'a donnée le premier ministre actuel, Stephen Harper, à ses militants de rompre les liens avec M. Mulroney, de même que sa mise en quarantaine par l'équipe de M. Harper.

Des sources au sein de caucus conservateur ont affirmé à La Presse canadienne que leur réunion, mercredi dernier, avait été le théâtre d'échanges virulents. Plusieurs députés ont critiqué la façon dont M. Mulroney a été traité par l'équipe de Stephen Harper.

La leader du gouvernement au Sénat et ministre d'État pour les Aînés, Marjory LeBreton, a été chahutée lorsqu'elle a tenté d'expliquer la version des faits du cabinet du premier ministre aux défendeurs de M. Mulroney.

L'un des partisans de Mulroney, le sénateur David Angus, s'est par la suite dirigé vers le podium pour rapporter la conversation téléphonique qu'il avait eue un peu plus tôt avec l'ancien chef progressiste-conservateur. Alors qu'on lui demandait si M. Mulroney avait bel et bien demandé lui-même à être retiré des listes du parti, M. Angus a répondu que ce n'était pas vrai.

La plupart des 150 personnes réunies dans la salle de réunion sont quant à elles demeurées silencieuses, se tortillant sur les chaises en laissant transparaître leur gêne. «C'était quelque chose de désagréable à voir, de voir la famille se chicaner», a expliqué un membre du caucus.

Parmi les défendeurs de Brian Mulroney, le député albertain Lee Richardson, qui était membre du personnel du cabinet de l'ancien premier ministre, le sénateur Gerry St. Germain, qui était député pendant le règne de Mulroney, et le ministre de la Défense, Peter MacKay, dont le père a été nommé au cabinet de l'ancien premier ministre, ont également tous trois pris le micro.

À voir en vidéo