Abolition du registre des armes à feu - Harper emprunte la voie du Sénat

Ottawa — Le gouvernement Harper est revenu à la charge afin d'abolir le registre des armes à feu. Il a déposé hier un projet de loi au Sénat, espérant que les choses iront plus vite qu'à la Chambre des communes.

Le projet de loi S-5 est identique à celui mis de l'avant par le gouvernement en 2006. Ce projet de loi n'avait toutefois jamais été soumis au vote, puisque le gouvernement minoritaire n'avait pas les appuis nécessaires auprès des partis d'opposition.

Les conservateurs n'ont pas davantage d'appuis au Sénat, où le Parti libéral est majoritaire. «On n'a aucune intention de l'appuyer», a d'ailleurs dit la députée libérale Marlene Jennings, porte-parole de son parti.

Mais le ministre de la Sécurité publique, Peter Van Loan, espère tout de même que le projet de loi sera adopté au Sénat après des négociations. Ensuite, il devrait faire son chemin à la Chambre des communes. Le gouvernement affirme procéder ainsi pour accélérer les choses, puisque les comités de la Chambre sont débordés.

Les conservateurs veulent supprimer l'enregistrement obligatoire des armes de chasse ou à canon long. Le projet de loi ne touche pas les armes de poing ou prohibées, qui devront continuer d'être enregistrées dans un autre registre. Pour toutes les armes, un permis de possession serait encore obligatoire.

Les chasseurs et les amateurs de tir sportif ont toujours voulu supprimer le registre, qu'ils jugent inutile et bureaucratique. En revanche, les corps policiers et les groupes de victimes estiment que les informations du registre sont très utiles. Le gouvernement du Québec veut aussi conserver le registre.

Si le projet de loi passe l'étape du Sénat et se rend aux Communes, le Bloc québécois s'y opposera.

Le NPD est quant à lui divisé sur le sujet, ce qui pourrait éventuellement aider les conservateurs, qui ont besoin de 11 votes pour atteindre leur objectif. Le porte-parole du NPD en matière de justice, Joe Comartin, a dit qu'il s'agirait d'un vote libre.

À voir en vidéo