Torture: le ministre de la Sécurité publique contredit le SCRS

Ottawa — Le ministre fédéral de la Sécurité publique a joué à l'autruche hier en affirmant que les services de renseignement canadiens n'utilisaient jamais d'informations obtenues sous la torture, et ce, bien que le SCRS ait dit exactement le contraire la veille.

«Le SCRS a dit clairement qu'il n'endosse pas la torture dans son processus de collecte d'information et le patron du SCRS, Jim Judd, a dit clairement qu'il considérait la torture comme étant répugnante», a déclaré hier le ministre Peter Van Loan à la Chambre des communes. Des propos qu'il a répétés en boucle aux journalistes qui l'ont cuisiné par la suite, ajoutant que «s'il y a une quelconque indication qu'on a eu recours à la torture, l'information est mise de côté. C'est aussi simple que cela». Il ne voit donc pas la nécessité de rappeler à l'ordre les services secrets canadiens.

La veille, le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) avait créé la commotion en avouant ne pas toujours être regardant sur la provenance de ses informations. En comité parlementaire, l'avocat et conseiller aux opérations du SCRS, Geoffrey O'Brien, a affirmé qu'il n'existait pas d'interdiction unilatérale à la torture. «Utilisons-nous de l'information qui a été obtenue sous la torture? La réponse est oui si des vies sont en jeu», a déclaré M. O'Brien à des députés médusés.

«La simple vérité, c'est que si nous obtenons des informations qui pourraient permettre d'éviter quelque chose comme l'attentat contre Air India ou les tours jumelles — n'importe quoi, bien franchement —, nous les utiliserons sans égard à leur provenance.»

La commission d'enquête sur Maher Arar a pourtant recommandé que les services de renseignement canadiens n'acceptent ni ne distribuent à leurs partenaires des informations s'il existe un «risque crédible» qu'elles aient été obtenues sous la torture. Le gouvernement conservateur, qui a accordé 10,5 millions de dollars à M. Arar en guise de compensation, s'était engagé à respecter cette recommandation.

À voir en vidéo