À Boston, Charest propose de rouvrir l'ALENA

Boston — Jean Charest a livré hier après-midi un vibrant plaidoyer en faveur du libre-échange à l'Université de Harvard. Alors que la crise économique fait ressortir les réflexes protectionnistes d'une bonne partie de la classe politique américaine, Jean Charest a plutôt prêché pour étendre la portée de l'actuel Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).

«Je pense qu'il existe une opportunité suivant la rencontre de Barack Obama au Canada avec le premier ministre [Stephen] Harper de revisiter l'ALENA. Non pas dans le but de le restreindre, mais de l'améliorer», a soutenu M. Charest.

Prenant le contrepied des réflexes protectionnistes américains, Jean Charest a dit qu'il était peut-être temps d'élargir l'ALENA à l'ensemble des Amériques. Il a dit souhaiter que la nouvelle administration américaine envisage un «Accord de libre-échange des Amériques».

«Pourquoi ne pas regarder comment nous pourrions entrer dans une entente avec toutes les Amériques, de l'Arctique à l'Antarctique?», a-t-il soutenu.

«Nous devrions voler une page du livre européen», a poursuivi le M. Charest en invitant les Amériques à s'inspirer de la construction de l'Union européenne.

Le premier ministre a également présenté son projet d'une entente de libre-échange entre le Canada et l'Europe à son auditoire composé d'étudiants de la prestigieuse université Harvard, de quelques professeurs et de Québécois exilés en Nouvelle-Angleterre.

À voir en vidéo