Les autochtones saluent l'effort, mais certaines demandes sont restées sans réponse

Si le budget conservateur permet aux autochtones d'entrevoir une amélioration de la qualité de leurs infrastructures, il n'en fait assurément pas assez pour qu'ils puissent espérer se sortir de la grande pauvreté dans laquelle ils sont le plus souvent plongés. C'est du moins le constat que fait l'Assemblée des Premières Nations après analyse du document présenté mardi.

«Le budget fédéral constitue une réponse équitable et utile en ce qui concerne les infrastructures des Premières Nations, car nous avons besoin de construire des maisons et des écoles, fait ainsi valoir leur chef national, Phil Fontaine. Mais nous avons aussi besoin de renforcer les compétences et l'économie des Premières Nations. C'est sur ce plan-là que le budget a de graves lacunes. Sans ces investissements, les Premières Nations vont continuer de perdre du terrain et auront toujours besoin de stimulants fiscaux.»

915 millions de dollars

Concrètement, le document lu par le ministre des Finances Jim Flaherty prévoit 515 millions de dollars pour divers projets d'infrastructure dans les réserves, dont la construction d'écoles et de systèmes d'eau potable. Une autre somme de 400 millions sera consacrée au logement.

«La construction d'écoles n'est pas une fin en soi, estime toutefois M. Fontaine. Nous voulons que nos élèves sortent de ces écoles avec un diplôme. Nous voulons qu'ils aient des débouchés pour contribuer à part entière à l'essor de l'économie et de la société.»

Il rappelle d'ailleurs que les Premières Nations ont élaboré, dans les semaines qui ont précédé le dépôt du budget, un plan de «stimulation économique» qui ciblait des investissements dans les infrastructures, l'éducation et les compétences ainsi que dans un fonds d'emprunt remboursable destiné à leur développement économique et à leurs partenariats.

«Nous sommes toutefois déçus de l'absence de réponse à nos appels à l'investissement dans le domaine de l'éducation et dans le fonds d'emprunt remboursable», déplore le leader autochtone. Leur demande de fonds d'emprunt équivaut à

0,5 % des 200 milliards que ce budget injecte dans le système de crédit.

Le budget fédéral accorde par ailleurs

100 millions de plus sur trois ans pour le Partenariat pour les compétences et l'emploi des autochtones, ce qui devrait créer 6000 emplois, selon le ministre. Il injecte aussi 75 millions sur deux ans dans le Fonds d'investissement stratégique pour les compétences et les formations des autochtones. On engage en outre

305 millions au cours des deux prochaines années pour améliorer la santé des membres des Premières Nations.

À voir en vidéo