Flaherty baisse les impôts de 3 milliards

Ottawa — Après en avoir parlé pendant des semaines sans jamais chiffrer l'ampleur de ses intentions, le ministre des Finances a dévoilé hier dans son budget des baisses d'impôts d'environ trois milliards pour 2009-10, dont les deux tiers s'appliqueraient directement au revenu des contribuables qui gagnent moins de 80 000 $ par année.

La pièce maîtresse de ce geste, auquel plusieurs économistes et groupes de recherche se sont opposés en disant qu'il n'est pas un stimulant efficace, est une baisse de 1,9 milliard qui passera par une augmentation du montant personnel de base et par le relèvement de la limite supérieure des deux premières fourchettes d'imposition.

Pour les contribuables, concrètement, le montant de base non imposable passe de 9600 $ l'an dernier à 10 320 $ en 2009. La limite supérieure de la première fourchette passe de 37 885 $ à 40 726 $, alors que celle de la deuxième passe de 75 769 $ à 81 452 $.

Dans les calculs du budget, Ottawa a estimé que les trois quarts des allégements fiscaux du budget profiteraient aux contribuables qui gagnent moins de 81 452 $ par année.

Le ministre a aussi annoncé une hausse du revenu que peut gagner une famille tout en continuant à recevoir un supplément de la Prestation fiscale pour enfants et de la Prestation nationale pour enfants, un geste de 230 millions. De plus, Ottawa augmentera le montant du crédit en raison de l'âge, une mesure destinée aux aînés, ce qui occasionnera un manque à gagner de 325 millions.

Aussi, le ministre a indiqué que l'acheteur d'une maison pourrait désormais retirer 25 000 $ de son RÉER pour cet achat, comparativement au niveau actuel de 20 000 $. De plus, Ottawa prévoit un crédit d'impôt de 750 $ pour les acheteurs d'une première maison.

Des baisses nécessaires, dit Flaherty

«En ces temps difficiles, il importe plus que jamais de réduire les impôts», a dit le ministre Jim Flaherty dans son discours. «C'est nécessaire pour soutenir notre économie.»

Tous ne sont pas de cet avis. Au cours des dernières semaines, des économistes ont fait valoir qu'il fallait davantage investir dans l'infrastructure et bonifier les prestations des gens qui en ont le plus besoin. Le budget Flaherty présenté hier, à ce chapitre, contenait aussi des mesures de bonification à l'assurance-emploi.

Le budget a donné comme exemple le cas d'une mère célibataire avec deux enfants, pour qui les mesures d'hier représentent une économie additionnelle de 502 $ par année. Pour un couple avec deux enfants qui gagne 130 000 $, l'effet total est de 483 $.

Le ministre a également dévoilé une majoration de la Prestation fiscale pour le revenu de travail, une mesure de 580 millions destinée aux personnes à faible revenu. Par exemple, un prestataire de l'aide sociale qui décroche un emploi peut craindre de perdre certaines mesures de soutien. «La PFRT s'ajoute aux gains des travailleurs à faible revenu pour faire en sorte qu'ils soient avantagés du fait d'avoir un emploi», a dit M. Flaherty.

Toujours pour les aînés, M. Flaherty a abaissé de 25 % le montant qu'ils doivent retirer de leur Fonds enregistré de revenu de retraite (FERR) pour l'année 2008. Cela va coûter à Ottawa la somme de 200 millions.

À voir en vidéo